Évaluation psychiatrique pour un individu qui dit avoir prédit l'attentat d'Ottawa

Shahram Pahlavan Miragha a soulevé bien des questions en ce qui a trait à la... (Archives La Pressse)

Agrandir

Archives La Pressse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Shahram Pahlavan Miragha a soulevé bien des questions en ce qui a trait à la sécurité nationale mardi  au palais de Sherbrooke.

Shahram Pahlavan Miragha... (Photo Facebook) - image 1.0

Agrandir

Shahram Pahlavan Miragha

Photo Facebook

L'homme de 59 ans prétend avoir livré des informations à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) concernant un attentat « imminent » au parlement à Ottawa, trois jours avant que Michael Zehaf-Bibeau n'y débarque après avoir abattu le militaire Nathan Cirillo au monument commémoratif de guerre.

À la suite de son long récit ponctué de détails concernant sa tâche de fournir des renseignements aux autorités canadiennes depuis 2005, le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a référé Shahram Pahlavan Miragha aux psychiatres judiciaires.

L'individu devra subir une évaluation psychiatrique concernant son aptitude à faire face aux procédures judiciaires.

L'homme de 59 ans prétend avoir obtenu des informations concernant un possible attentat terroriste lorsqu'il était à la chasse en Ontario au début octobre. Il se serait rendu à la GRC et au Service canadien de renseignements de sécurité (SCRS) pour donner ces informations les 20 et 21 octobre derniers.

« Monsieur le juge je vais vous révéler des détails que vous n'aurez jamais entendus de votre carrière. J'avais les preuves qu'il y aurait une attaque en sol  canadien » a mentionné l'accusé au tribunal.

C'est son avocat Me Christian Raymond qui a demandé au tribunal d'ordonner une évaluation psychiatrique.

« Je ne suis pas psychiatre, mais avocat alors je veux m'assurer qu'il comprend ce qu'il dit et que son état mental fait en sorte qu'il peut m'aider à le défendre convenablement. Quand on lui parle, il semble sain d'esprit. Il faut s'assurer que ce qu'il raconte ne se passe pas seulement dans sa tête », indique Me Raymond.

Shahram Pahlavan Miragha est détenu depuis le 30 octobre dernier. Ce dernier s'était présenté au Service de police de Sherbrooke avec des armes mal entreposées.

Il a été arrêté pour bris de conditions, mais tout le contexte derrière ces accusations incite les autorités judiciaires à pousser plus loin leur investigation.

L'accusé faisait l'objet de mandats d'arrestation à Saint-Jérôme pour une affaire d'agressions sexuelles, voies de fait et séquestration dans un contexte de violence conjugale ainsi que de bris d'engagements de même que de fraude, harcèlement et vol d'électricité à Montréal.

« Il est détenu pour ces dossiers. Il est d'origine iranienne et son dossier est en suspens auprès des autorités de l'immigration. Il doit clarifier son statut. Ce n'est aucunement une affaire de sécurité nationale. Ce sera aux autorités policières de corroborer son récit », estime la procureure aux poursuites criminelles au dossier, Me Nathalie Robidoux.

Shahram Pahlavan Miragha sera de retour devant le tribunal le 11 novembre prochain.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer