Agression dans une cour d'école: le couple d'accusés plaide coupable

Mohamed Yasin et Ameneh Hosseini... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

Mohamed Yasin et Ameneh Hosseini

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Ameneh Hosseini et Mohamed Yasin ont réglé leurs comptes avec la justice lundi au palais de justice de Sherbrooke. Le couple était impliqué dans une bagarre survenue le 24 juin 2013 à l'école Desjardins de Sherbrooke.

Une chicane lancée sur Facebook a dégénéré à un point tel qu'une adolescente de 17 ans a été poignardée de trois coups de couteau dans cette affaire.

Ameneh Hosseini a reconnu avoir donné trois coups de couteau à la victime en plaidant coupable à une accusation de voies de fait graves. Elle a aussi reconnu les menaces de mort sur une autre personne lors de cette altercation.

Pour avoir joué un rôle passif lors de cette bagarre entre son amie de coeur et son ancienne petite amie à l'école Desjardins en juin 2013, Mohamed Yasin de Sherbrooke a été condamné à une peine de 240 heures de travaux communautaires.

Yasin qui avait reconnu sa culpabilité à une accusation de voies de fait simple et utilisation d'armes dans un dessein dangereux a été condamné à une peine avec sursis par le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec.

La peine proposée par la procureure aux poursuites criminelles Me Laila Belgharras et l'avocat de la défense Me Christian Raymond prévoit un suivi dans le cadre d'une probation de trois ans et un remboursement de 500 $ à la victime.

Me Christian Raymond a expliqué au tribunal que cette peine visait à la réinsertion sociale.

«Mon client occupe un emploi à temps plein. Son entourage est adéquat et il obtient le support de sa famille. C'est une erreur de jugement de sa part. Mon client a été élevé en Irak. Il a vécu la guerre. Son père et son frère ont été enlevés en 2003, puis retrouvés six ans plus tard. Il n'a pas eu une enfance facile. Pour lui, la violence n'a pas la même signification», a expliqué au tribunal Me Raymond

Avant d'imposer la peine, le juge Dunnigan a pris soin de souligner que la violence n'était pas un mode de résolution de conflits.

Amenah Hosseini reviendra devant le tribunal le 4 décembre prochain. Son avocate Me Mélissa Gilbert a demandé la confection d'un rapport présentenciel pour éclairer le tribunal relativement à la situation de sa cliente.

 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer