Michel Mallette, délinquant dangereux?

Coupable d'un vol qualifié à la caisse populaire de Saint-Gérard en 2012, d'un... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Coupable d'un vol qualifié à la caisse populaire de Saint-Gérard en 2012, d'un autre à celle de Saint-Claude en 2006 et de divers autres crimes violents, Michel Mallette fait l'objet d'une requête pour le faire déclarer délinquant dangereux ou à contrôler.

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a accordé cette requête mardi au palais de justice de Sherbrooke et a soumis le dossier à un psychiatre judiciaire.

L'individu sera soumis à une évaluation psychiatrique à l'Institut Philippe-Pinel pour déterminer s'il rencontre les critères pour être déclaré délinquant dangereux ou à contrôler.

Mallette a été reconnu coupable de vol qualifié puis de conduite dangereuse lors de l'événement de Saint-Gérard, soit des accusations pouvant causer des sévices graves à la personne et où une peine de plus de deux ans peut être imposée. Le procureur aux poursuites criminelles au dossier Me Andy Drouin explique que Mallette possède de nombreux antécédents judiciaires dont certains crimes où il a été condamné à des peines de pénitencier.

Michel Mallette avait entre autres été impliqué dans le vol qualifié perpétré à la Caisse populaire de Saint-Claude en novembre 2006. Michel Mallette attendait dans un véhicule situé dans un rang à proximité de la caisse, alors qu'une complice volait la caisse. Il avait utilisé une fourgonnette pour commettre le vol avant de l'abandonner pour embarquer dans le véhicule conduit par une complice. Mallette avait été condamné à 42 mois de prison dans cette affaire.

Avant d'être envoyé en évaluation psychiatrique, Michel Mallette a insisté pour recevoir sa peine dans un autre dossier de moindre importance. En octobre dernier, il a plaidé coupable à des accusations de fraude et fabrication de faux documents. Il avait utilisé des chèques et des cartes de crédit d'autres personnes, dont son frère, pour un montant d'environ 1200 $.

Le juge Chapdelaine lui a imposé des peines de 15 jours et il a retranché cinq mois et demi à la détention provisoire qu'il purge depuis septembre 2013.

Son dossier reviendra devant le tribunal le 10 décembre prochain.

C'est Me Patrick Fréchette qui assure la défense de Michel Mallette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer