Le meurtrier du jeune Stéphane Dion remis en liberté

Vingt-deux ans après avoir assassiné froidement le jeune Stéphane Dion en... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Vingt-deux ans après avoir assassiné froidement le jeune Stéphane Dion en bordure de la rivière Watopeka à Windsor, Sébastien Lemieux peut reprendre sa liberté. Maintenant âgé de 40 ans, Lemieux vient d'obtenir sa libération totale de prison par la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC).

«La Commission est d'opinion que vous avez réalisé des changements significatifs et durables (...) la commission vous accorde votre libération conditionnelle totale, puisqu'elle est d'avis qu'une récidive avant l'expiration légale de votre peine ne présentera pas un risque inacceptable pour la société et que cette mise en liberté contribuera à la protection de la société en favorisant votre réinsertion sociale en tant que citoyen respectueux des lois», explique la CLCC dans sa décision. 

Sébastien Lemieux avait 19 ans lorsqu'il a assassiné Stéphane Dion alors qu'il se promenait à vélo en bordure de la rivière Watopeka à Windsor en juin 1992. Le meurtrier s'était jeté sur sa victime en lui assénant de multiples coups de couteau de type Rambo au corps et au visage sans prononcer une seule parole. Solitaire, amateur de littérature violente et morbide, Lemieux avait attenté à la vie de la soeur de la victime et à une dame qui tentait de s'interposer. Il avait été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération avant 18 ans, puis ramené à 14 ans par la Cour d'appel, pour le meurtre au deuxième degré de Stéphane Dion. La CLCC impose deux conditions spéciales à cette libération, soit de ne pas entrer en communication avec la famille de sa victime et de ne pas mettre les pieds à Windsor, sauf en cas d'urgence pour visiter sa mère et avec les autorisations nécessaires. 

«Vous avez commis un délit extrêmement grave puisqu'un enfant y a laissé sa vie. Cela constitue une perte irréparable. La famille des victimes et la communauté ont le droit de vivre en paix avec ce passé», stipule la décision de la CLCC. Selon la commission, ce sont la colère résultat d'un grand sentiment de rejet, la frustration, un sentiment d'échec, la consommation de matériel violent, l'impulsivité, l'instabilité de l'humeur et une faible estime de lui qui sont les facteurs en lien avec le comportement criminel de Lemieux. Au cours de sa détention de plus de deux décennies, Sébastien 

«Vous présentez de la culpabilité et des remords et que vous êtes capable d'empathie envers les victimes et la famille.»


Lemieux a participé à de nombreux programmes à l'intérieur des murs de la prison. 

«Vous vous êtes aussi impliqué durant de nombreuses années dans des suivis psychologiques vous ayant aidé à développer une meilleure confiance en vous et une plus grande capacité d'affirmation de soi (...) Vous présentez de la culpabilité et des remords et que vous êtes capable d'empathie envers les victimes et la famille », mentionne la CLCC. 

Au cours de son séjour en prison, Lemieux a suivi un cours en pâtisserie. Il est maintenant en couple et a bénéficié d'une semi-liberté depuis janvier 2014. «Vous cheminement est positif depuis votre retour en communauté (...) Vous projetez toujours démarrer votre propre entreprise en compagnie de votre conjointe et vous poursuivez des démarches à cet effet», indique la CLCC en mentionnant que Lemieux occupe un emploi en attendant de concrétiser ce projet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer