Comdamné pour trafic de stéroïdes

Piégé par l'écoute électronique d'un projet policier d'envergure dans lequel il... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Piégé par l'écoute électronique d'un projet policier d'envergure dans lequel il n'était pas visé, Christophe Dagneau vient de régler ses comptes avec la justice pour une affaire de trafic illégal de stéroïdes, substance qu'il est légal de posséder.

Dagneau a reconnu son implication dans le complot pour trafic de plus de 950 unités de stéroïdes le 28 mars 2013.

Lorsque les policiers ont tenté de l'intercepter, il a lancé les substances par la fenêtre de son véhicule. Le prix de vente de cette substance était de 2470 $.

À la suite de la suggestion commune de son avocat Me Jocelyn Grenon et de la procureure aux poursuites criminelles du Bureau de lutte au crime organisé (BLACO) Me Karine Guay, le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a condamné Christophe Dagneau à 150 heures de travaux communautaires et à faire un don de 2000 $ à deux organismes de charité.

L'individu n'est aucunement relié au réseau de trafic de stupéfiants allégué dans le cadre du projet Kayak par lequel il a été arrêté.

L'opération Kayak s'est déroulée le 12 juin 2013 à plusieurs lieux de perquisition en Estrie, dont Sherbrooke, Saint-Denis-de-Brompton, Windsor, Dudswell, Stukely Sud, Sainte-Christine et Canton de Cleveland.

Le procès pour la quinzaine d'accusés se déroulera à partir du 5 janvier 2015 pour sept à huit semaines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer