Fraude: Isabelle Cantin condamnée à payer 410 000 $

Accusé avec son conjoint Alain Péloquin dans une affaire de fraude de type... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Accusé avec son conjoint Alain Péloquin dans une affaire de fraude de type Ponzi, Isabelle Cantin de Sherbrooke vient d'être condamnée par le tribunal à payer 410 000 $ à des créanciers.

Le juge Gaétan Dumas de la Cour supérieure a accueilli une requête en inopposabilité de la faillite déposée par des créanciers qui seront remboursés d'une partie de l'importante somme d'argent impliquée dans cette fraude.

Dans son stratagème, Alain Péloquin promettait des rendements d'environ 220 pour cent en retour d'investissements reçus. Certaines conventions signées prévoyaient même des rendements de 300 pour cent.

« Le projet que faisait miroiter Alain Péloquin était qu'il percevait d'investisseurs des sommes d'argent qu'il devait investir pour l'achat de lots à l'encan provenant de la Couronne fédérale. Pour ce faire, il devait monter un consortium d'investisseurs qui achetaient de très gros lots pour les revendre avec un énorme profit. Toutes les sommes devaient être déposées dans le compte en fiducie d'un notaire et d'un avocat. Nous savons maintenant que ces ex-notaire et avocat, maintenant radié, n'ont pas conservé ces sommes en fiducie », explique le juge Dumas qui souligne que le tribunal était devant « une preuve éclatante de fraude dont ont été victimes les requérants ».

La somme que Isabelle Cantin devra rembourser consiste en deux chèques de 250 000 $ et 160 000 $ que Alain Péloquin lui a transférés en avril et mai 2010.

Le juge mentionne que selon la preuve entendue lors de l'audition, « malgré les millions de dollars détournés, les seuls actifs du failli (Péloquin) que l'on a pu retracer sont les sommes qu'il a transférées à sa conjointe ».

La résidence de la rue de Forillon dans le secteur de Rock Forest fait l'objet d'une ordonnance de blocage de la part de l'Autorité des marchés financiers.

L'AMF poursuit toujours son enquête relativement à la fraude dont Péloquin serait à l'origine.

Le 3 octobre 2013, Péloquin, Isabelle Cantin et quatre autres personnes de Longueuil et Montréal ont été arrêtés par la Sûreté du Québec puis mis en accusations en lien avec une fraude estimée à 19 millions $ où 240 investisseurs auraient été floués.

En décembre 2012, le Bureau de décision et de révision de l'AMF avait ordonné à Alain Péloquin et à sa conjointe Isabelle Cantin, tous deux visés par des ordonnances de blocage et d'interdiction depuis février 2011, de remettre une somme de 42 190,65 $.

Cette somme provenait de la vente d'une voiture sport dont Alain Péloquin avait la garde et le contrôle en juin 2011 puis de l'encaissement de divers chèques faits au nom personnel d'Isabelle Cantin et au nom de la société Évaluation Apex inc., société également visée par les ordonnances. Mentionnons que ces chèques ont été encaissés dans un centre d'encaissement de chèques après que l'ordonnance de blocage a été prononcée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer