Gestes islamophobes: un homme possiblement relié aux Insoumis arrêté

La police n'a pas tardé à faire avancer le dossier des gestes à caractère... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La police n'a pas tardé à faire avancer le dossier des gestes à caractère islamophobe survenus au cours des derniers jours. Le Service de police de Sherbrooke (SPS) a mis la main au collet d'un homme de 52 ans possiblement relié au mouvement des Insoumis.

Lors d'un point de presse présenté vendredi matin par l'état-major du SPS, il a été possible d'apprendre que l'homme se serait servi d'une arme artisanale se résumant à un plomb attaché à un fil de pêche, et non pas d'une carabine, pour briser la vitre de l'épicerie-boucherie Tiba de la rue Denault.

Un pochoir où on pouvait y lire la mention «Non à l'islam», des affiches sur lesquelles il était inscrit les mots «Oui à la charte», 18 croix en papier, des notes et des adresses d'endroits où des gens ont été victimes de ces gestes ont été retrouvés par les enquêteurs. De la drogue a aussi été saisie.

«Le SPS gardera à l'oeil des groupuscules comme les Insoumis, mais on ne doit pas nécessairement craindre ce mouvement. À nos yeux, l'homme suspecté n'est pas vraiment dangereux pour la population», souligne le directeur du SPS Gaétan Labbé.

Vendredi après-midi au palais de justice de Sherbrookes, des accusations de méfaits religieux et d'incitation publique à la haine seront portées contre l'homme qui aurait agi seul selon la police.

L'individu n'était pas connu des policiers jusqu'à aujourd'hui.

«Il est difficile de savoir si l'homme prévoyait agir à nouveau. On n'est pas prêt non plus à dire qu'il était bien organisé. Il souhaitait par contre, par ses propos, faire valoir son point de vue. Le groupe des Insoumis faisait déjà partie de nos renseignements criminels et il faudrait vérifier dans les dossiers afin de savoir s'ils ont déjà été arrêtés dans le passé», indique l'inspecteur Danny McDonnell.

Des indices ont entre autres été obtenus grâce aux médias sociaux et aux informations offertes par des citoyens.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer