«Il ne faut pas dramatiser», insiste Messmer

«Il ne faut pas dramatiser», lance Messmer lorsqu'on lui demande de réagir à... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

«Il ne faut pas dramatiser», lance Messmer lorsqu'on lui demande de réagir à l'incident qui est arrivé au Collège Sacré-Coeur à la suite d'un spectacle d'hypnose. Selon le fascinateur le plus populaire de la province, les jeunes femmes ne courraient aucun danger.

«Elles se seraient réveillées quand même par elles-mêmes après un certain temps, révèle l'hypnotiseur. Ce n'est pas dangereux.»

Messmer indique toutefois qu'il est préférable d'avoir une bonne formation et beaucoup d'expérience avant de se produire devant public.

«Moi, ça m'a pris 10 ans avant que je me décide à présenter des spectacles», confie-t-il, sans pour autant suggérer un laps de temps à attendre avant de monter sur scène. Tout dépend de la confiance et des connaissances de l'hypnotiseur, résume-t-il.

Au cours de sa carrière, Messmer a-t-il connu un moment semblable à celui qu'a vécu Maxime Nadeau au Collège Sacré-Coeur? « Ça fait 25 ans que je fais de la scène. Je peux compter sur les doigts d'une seule main les fois où j'ai connu des difficultés à faire revenir une personne. Et quand je parle de difficultés, je parle d'une dizaine de minutes », répond-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer