Un grand jour, estime le Phoenix

« On n'a pas perdu le premier rang,... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

« On n'a pas perdu le premier rang, on a gagné le deuxième! » lance Jocelyn Thibault, tout en rappelant que le Phoenix aurait très bien pu choisir au troisième ou même au quatrième rang.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Jocelyn Thibault a quitté le Centre Vidéotron avec le sourire aux lèvres en considérant la journée de jeudi comme étant un grand jour pour l'organisation sherbrookoise. Et ce, même si le directeur général du Phoenix n'a pas obtenu le premier choix de l'encan 2017, mais plutôt le deuxième lors de la loterie annuelle de la LHJMQ.

« On espérait avoir le premier ou le deuxième choix, admet le directeur général du Phoenix, Jocelyn Thibault. Avec le premier choix, on aurait été très heureux, mais on l'est aussi avec le deuxième. Je suis content pour l'organisation du Phoenix. On accueillera un excellent joueur qui aura un rôle important dès la saison prochaine. »

À la surprise de tous, le boulier électronique a favorisé l'Océanic de Rimouski, maintenant détenteur de la toute première sélection au repêchage du 3 juin prochain à Saint-John.

Les grands perdants? Les Wildcats de Moncton, derniers au classement général cette saison.

Rappelons que cette loterie déterminait l'ordre de sélection des cinq dernières équipes. Les Wildcats de Moncton détenaient neuf balles (43%) dans le boulier électronique, le Phoenix six (28%) en vertu de son 17e rang au classement, l'Océanic de Rimouski trois (14%), les Mooseheads d'Halifax deux (10%) et les Foreurs de Val-d'Or une (5%).

La logique a donc été respectée en ce qui concerne le rang du Phoenix. Mais Jocelyn Thibault et son équipe ont retenu leur souffle jusqu'à la fin.

Après avoir appris que les Foreurs choisiront au cinquième rang, les Mooseheads au quatrième et les Wildcats en troisième position, tous les espoirs étaient permis puisque les Oiseaux possédaient deux fois plus de balles dans le boulier que l'Océanic.

« J'étais assez nerveux, surtout parce que je ne contrôlais pas la situation et je n'aime pas que le hasard détermine l'avenir de notre organisation ou de ma vie en général, même si parfois il fait bien les choses. Mais lorsque la Ligue a annoncé que les Wildcats parleront au troisième rang, j'ai senti la pression tomber. L'important, c'était d'obtenir l'un des deux premiers choix. »

Lafrenière ou Poulin

Si Alexis Lafrenière est considéré comme étant le meilleur espoir disponible, le joueur des Vikings de Saint-Eustache est suivi de près par Samuel Poulin, le frère cadet du joueur du Phoenix Nicolas Poulin.

« Qui est le meilleur? L'avenir parlera de lui-même. Je suis absolument convaincu que le joueur repêché au deuxième rang sera extrêmement important », a indiqué Thibault, sans vouloir dévoiler son jeu.

Pour sa part, l'entraîneur Stéphane Julien s'est dit satisfait du résultat de la loterie.

« J'ai écouté l'émission en direct en compagnie de notre joueur Anderson MacDonald, a confié Julien, rejoint en Slovaquie à quelques jours du Championnat du monde des moins de 18 ans. J'étais certain que le Phoenix obtiendrait le premier choix lorsqu'il ne restait que l'Océanic et notre équipe dans la course. La bonne nouvelle, c'est qu'il y aura un deuxième joueur exceptionnel disponible au second rang. »

Rappelons que le Phoenix possède aussi le onzième choix de première ronde.

Un exercice nécessaire

En lui posant la question quelques heures avant la loterie, Jocelyn Thibault n'aurait peut-être pas fourni la même réponse, mais le directeur général dit aimer le concept de la loterie.

« Ce matin j'aimais un peu moins le principe, souligne le DG en riant. Mais le système a été mis en place pour convaincre les équipes à ne pas vider leur alignement afin de terminer au dernier rang à tout prix et d'obtenir assurément le premier choix. C'est difficile pour les Wildcats de vivre cette situation après leur mauvaise saison, mais il y aura encore de bons joueurs disponibles au troisième rang cette année grâce à la qualité de la prochaine cohorte. »

Sur les réseaux sociaux, certains amateurs se disaient déçus d'avoir vu le Phoenix passer si près d'obtenir le tout premier choix.

« On n'a pas perdu le premier rang, on a gagné le deuxième! » lance Jocelyn Thibault, tout en rappelant que le Phoenix aurait très bien pu choisir au troisième ou même au quatrième rang.

L'attention tournée vers Samuel Poulin

Classé au second rang chez les meilleurs espoirs de l'encan 2017 selon les prévisions de plusieurs experts, Samuel Poulin serait le choix logique du Phoenix de Sherbrooke, qui parlera en deuxième au repêchage du 3 juin prochain.

Le filleul du directeur général du Phoenix, Jocelyn Thibault, pourrait donc évoluer pour la première fois avec son frère aîné Nicolas, membre actuel des Oiseaux.

« Je refuse d'avoir des attentes, mais j'ai hâte de voir ce qui arrivera au repêchage, a indiqué Samuel Poulin. Ce serait toutefois excitant de pouvoir me retrouver au sein de la même organisation que Nicolas pour sa dernière saison dans la LHJMQ. J'ai entendu de bonnes choses sur Rimouski et aussi sur Moncton. Peu importe l'endroit où je jouerai, je serai heureux. »

Parmi les autres joueurs qui seront disponibles au deuxième tour, on retrouve le défenseur format géant Jaxon Bellamy, le petit joueur de centre Jakob Pelletier et le prometteur Xavier Parent. Tout comme les défenseurs Jaxon Bellamy, Christopher Merisier-Ortiz et Justin Barron.

Or, la saison de 30 buts et 38 passes de Poulin devrait suffire à convaincre le Phoenix d'opter pour le jeune ailier. Considéré comme étant le meilleur espoir, Alexis Lafrenière a pour sa part terminé la saison avec 33 buts et 50 mentions d'aide dans le midget AAA.

« J'ai connu une très bonne saison malgré mes moments plus difficiles. Je n'ai jamais arrêté de travailler et j'ai bien terminé la saison », indique l'attaquant de puissance, qui estime être formé dans le même moule que son frère Nicolas.

« On se ressemble. On est assez imposants et on amène de l'énergie, mais Nicolas est peut-être un meilleur buteur que moi. De mon côté, j'aime bien fabriquer les buts », résume le fils de l'ancien joueur du Canadien de Montréal Patrick Poulin.




À lire aussi

  • Une loterie pour propulser le Phoenix

    Sports

    Une loterie pour propulser le Phoenix

    Les chapelets ont été suspendus, les lampions sont allumés et le Phoenix touche du bois. Tous les clichés sont bons pour décrire la fébrilité de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer