Cloué au banc pour une demi-livre

Anderson Macdonald aurait bien voulu aider son équipe... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Anderson Macdonald aurait bien voulu aider son équipe à gagner dès le début de la rencontre mercredi soir.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Encore une fois, Anderson MacDonald a été cloué au banc en première période. La semaine dernière, la recrue avait également raté les deux premiers vingt à Shawinigan, et ce, à cause d'un surplus de poids.

Stéphane Julien... (Archives La Tribune, Jessica Garneau) - image 1.0

Agrandir

Stéphane Julien

Archives La Tribune, Jessica Garneau

En fait, une balance attend MacDonald à l'aréna. S'il pèse plus de 201 livres, il ne peut pas jouer. Une entente prise entre le joueur et l'entraîneur Stéphane Julien.

Mais Anderson Macdonald aurait bien voulu aider son équipe à gagner dès le début de la rencontre mercredi soir.

« Je pesais une demi-livre de trop avant la partie, indique-t-il. Une heure avant la partie, les entraîneurs m'ont dit que si je pesais encore au-dessus de 201 livres, je ne pourrais pas jouer. »

Stéphane Julien assume sa décision.

« Les règles sont les règles. On ne lui demande pas la lune. Je garde ma ligne directrice et par respect pour les autres joueurs, Je tiens à ce que chaque entente soit respectée. Anderson ne met pas les efforts nécessaires. La question du poids, ce n'est pas ce qui me dérange le plus. Anderson doit prendre soins de lui, être plus discipliné, professionnel et organisé. Je le fais pour lui, parce que s'il ne prend pas le hockey au sérieux, il comprendra rapidement que le talent ne suffit pas. »

« Quelques joueurs le savaient avant la partie et ils étaient déçus d'apprendre que je n'allais pas disputer le début de la rencontre, informe MacDonald. On veut que ceux qui peuvent jouer soient sur la glace pour nous aider à faire les séries. Ce n'est pas le moment idéal d'appliquer cette règle. Si je pesais cinq livres de plus je comprendrais, mais une demi-livre? Je comprends toutefois Stéphane et je ne lui en veux pas, mais je suis déçu. »




À lire aussi

  • Le pire scénario se concrétise

    Phoenix

    Le pire scénario se concrétise

    Le Phoenix ne pouvait échapper les deux points contre les Foreurs de Val-d'Or mercredi au Palais des sports, mais en jouant du hockey peu inspiré,... »

  • Cloué au banc: une décision pour le bien de MacDonald

    Phoenix

    Cloué au banc: une décision pour le bien de MacDonald

    Si les entraîneurs du Phoenix ont cloué Anderson MacDonald au banc dernièrement, ce ne serait pas seulement pour une question de poids, mais bien... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer