Les Islanders trop forts pour le Phoenix

L'ancien capitaine du Phoenix Carl Neill a célébré en grand son retour au... (Spectre média, Maxime Picard)

Agrandir

Spectre média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'ancien capitaine du Phoenix Carl Neill a célébré en grand son retour au Palais des sports en voyant sa nouvelle formation vaincre les Sherbrookois au compte de 3 à 0.

« J'ai reçu un bel hommage avant la partie. J'étais vraiment surpris. Je remercie tellement l'organisation d'avoir pensé à moi et j'étais déchiré sur la patinoire à mon retour à Sherbrooke. Pour ce qui est de la rencontre, on a peut-être dominé le Phoenix, mais on sentait que les deux clubs étaient fatigués. »

Menés par Daniel Sprong et Filip Chlapik, les Islanders de Charlottetown n'ont fait qu'une bouchée des locaux samedi après-midi.

« On a manqué de concentration, clame l'entraîneur des Oiseaux, Stéphane Julien. On a laissé beaucoup d'énergie sur la glace hier (vendredi) contre les Huskies et les Islanders forment l'une des équipes les plus physiques du circuit. C'était difficile pour mes défenseurs, mais en troisième période on a connu un regain de vie. Les avantages numériques auraient pu faire la différence, mais on est tombés dans le piège de l'individualisme et de la fatigue. »

« La fatigue ne doit pas être une excuse pour nous, note pour sa part le défenseur Julien Bahl. Sinon, on va avoir un problème demain (dimanche) à Boisbriand. Jouer trois parties en trois jours, ce n'est pas évident, mais on doit trouver le moyen de puiser dans nos énergies. »

Attaque à cinq anémique

Même si les visiteurs multipliaient les tirs en direction du gardien Evan Fitzpatrick, la marque était toujours de 0-0 après 20 minutes.

Un long avantage numérique à 5 contre 3 du Phoenix aurait pu changer le rythme de cette rencontre, mais les hommes de Stéphane Julien n'ont pu en profiter.

« On a tout simplement pas exécuté les jeux. On pratique ces situations chaque semaine. On manquait toutefois de concentration », note l'entraîneur.

« Non seulement on n'a pas marqué sur cette séquence, mais on n'a même pas réussi à prendre le momentum », précise Julien Bahl.

Deuxième période cruciale

Un but chanceux de François Beauchemin a inscrit les Islanders au pointage au deuxième vingt. La rondelle a frappé son corps pour ensuite entrer dans le filet.

Peu après, le membre des Penguins de Pittsburgh Daniel Sprong a marqué son premier but d'une série de deux à partir de l'enclave pour ensuite conclure une montée à deux contre un de belle façon. Chlapik a terminé la rencontre avec deux mentions d'aide.

Ces trois buts en deuxième période ont été les seuls du match.

 « Le pointage est peut-être de 3-0, ce n'est pas inquiétant, mais j'ai l'impression que le match s'est terminé 6 à 0 et quand on regarde le total des tirs au but, là ça devient inquiétant. On n'est vraiment pas satisfaits », a résumé Bahl.

« Fitzpatrick a fait de bons arrêts et c'est difficile de gagner en accordant 40 tirs, a affirmé l'attaquant Nicolas Roy. On a lancé onze fois lors des deux premières périodes pour terminer la partie avec 26 tirs. Ce n'est pas suffisant. »

Le Phoenix conclura son blitz du week-end face à l'Armada de Blainville-Boisbriand dimanche après-midi.

« On devra faire le bilan de notre match d'ici-là. Savoir ce que les gars ont bien fait ou mal fait. On devra garder notre jeu simple et il faudra rebondir contre cette excellente équipe », a conclu le pilote sherbrookois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer