L'ancien d.g. des Tigres s'est éteint dimanche des suites du cancer

Daniel Fréchette...

Agrandir

Daniel Fréchette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Victoriaville) L'ancien directeur général et entraîneur des gardiens de but des Tigres de Victoriaville, Daniel Fréchette, a perdu son combat contre le cancer.

Il s'en est allé dimanche matin après avoir lutté pour sa vie pendant un peu plus d'un an. Âgé de 42 ans à peine, l'homme de hockey laisse notamment dans le deuil sa conjointe, Isabelle, et ses deux enfants.

Le burlesque des dernières semaines a ainsi fait place au drame dans l'entourage des Félins. On ne dit généralement que du bien des gens qui nous quittent, mais cette fois, les commentaires sont bien sentis et ne semblent pas accentués par la situation. Fréchette faisait l'unanimité auprès des gens qu'il côtoyait. Les hommages n'ont d'ailleurs pas tardé à poindre sur les médias sociaux.

«Dans le monde du hockey, on retrouve beaucoup de gens égoïstes qui placent leurs petites personnes en premier, Daniel faisait contraste avec ces gens. C'était quelqu'un de très humain et de dévoué. Je perds un bon ami», affirme l'ancien directeur du marketing des Tigres, Yves Bonneau, qui a eu l'occasion de travailler à ses côtés pendant huit ans.

Joint en milieu de journée, l'ancien directeur général des Tigres Jérôme Mésonéro s'est refusé à tout commentaire pour l'instant. «Je ne suis pas capable», s'est-il limité à dire, trahi par les émotions.

Embauché à titre d'entraîneur des gardiens afin de succéder à Serge Guillemette au début des années 2000, Daniel Fréchette est devenu directeur général des Tigres de Victoriaville en remplacement de Yanick Jean en décembre 2014. Il aura occupé ses fonctions pendant un peu plus d'un an avant qu'une récidive d'un cancer de l'oesophage l'oblige à capituler. On lui a alors recommandé de prendre le temps qui lui restait afin d'être près de sa famille.

Au cours de son passage à la tête du département hockey, il a notamment fait l'acquisition de Pascal Laberge et Maxime Comtois, deux des meilleurs espoirs de l'histoire de la formation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer