Le Phoenix a sa place en séries

Avec tous les espoirs fondés sur le Phoenix,... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Avec tous les espoirs fondés sur le Phoenix, rares sont ceux qui ont prédit en début de campagne que l'organisation sherbrookoise allait être obligée d'attendre la soirée du 11 mars pour assurer sa participation en séries, à quatre matchs de la fin de saison.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Avant même d'avoir vaincu le Drakkar par la marque de 6 à 1 vendredi, le Phoenix avait déjà obtenu son billet pour les séries éliminatoires quelques minutes plus tôt grâce à la défaite des Mooseheads d'Halifax contre les Wildcats de Moncton.

« Pour nous, notre place en séries était déjà acquise depuis longtemps : personne ne s'inquiétait de ça, informe l'entraîneur Stéphane Julien. Le plus important, c'était de dominer notre adversaire et c'est ce que nous avons fait ce soir. »

Avec tous les espoirs fondés sur le Phoenix, rares sont ceux qui ont prédit en début de campagne que l'organisation sherbrookoise allait être obligée d'attendre la soirée du 11 mars pour assurer sa participation en séries, à quatre matchs de la fin de saison.

N'empêche que le Phoenix s'est tout de même payé une vraie partie de plaisir contre les derniers au classement général.

Les anciens membres du club sherbrookois Vincent Deslauriers et Mikael Sabourin auraient d'ailleurs espéré un meilleur sort à leur retour au Palais des sports.

« Je suis déçu parce que j'aurais souhaité mieux jouer et j'aurais voulu que le pointage soit au moins plus serré, admet Deslauriers. Le Drakkar est en reconstruction et heureusement, ça regarde mieux pour l'an prochain. »

« C'était surtout spécial de revenir ici et d'affronter nos ex-coéquipiers», ajoute Sabourin.

Les faits saillants

Guillaume Gauthier a été le premier à faire bouger les cordages en acceptant une magnifique passe latérale de Daniel Audette au premier tiers.

Le pointage était de seulement 1-0 après 20 minutes de jeu. Jusqu'à ce que Kay Schweri se mette en marche en comptant deux buts.

Entre temps, Matteo Pietroniro, le frère de l'attaquant du Phoenix Chad, s'est assuré d'inscrire les siens à la marque en passant la gratte devant Evan Fitzpatrick.

« Nous n'étions pas satisfait de notre jeu après deux périodes. On devait être encore meilleurs », explique Kay Schweri.

La troisième période aura été l'affaire de Hugo Roy. Le joueur de Cookshire-Eaton a d'abord fait dévier le tir de Julien Bahl dans le filet pour ensuite servir une tasse de café au gardien adverse sur un lancer de punition.

« J'ai perdu la rondelle à la ligne bleue. Cela aurait pu être gênant, mais en réalité, c'était pour déconcentrer le gardien » dit-il en riant.

À la suite d'une bourde monumentale de Maximilian Glaessl en territoire offensif, Anthony Chapados a filé seul devant Bo Taylor, lui montrant ainsi la porte de sortie après un sixième but accordé.

Les hommes de Stéphane Julien se rendront à Chicoutimi et Baie-Comeau dimanche et lundi en espérant conserver leur 13e rang et se rapprocher des Remparts de Québec, douzièmes dans la LHJMQ.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer