Un match de quatre points pour le Phoenix

Stéphane Julien... (Archives La Tribune)

Agrandir

Stéphane Julien

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) On est peut-être qu'au début du mois de février, mais foi de Stéphane Julien, le match que disputera son Phoenix aux Saguenéens de Chicoutimi mardi soir, est déjà catalogué de «match de quatre points».

Au classement cumulatif du circuit Courteau, Sherbrooke et Chicoutimi ne sont séparés que par six points. Le Phoenix est au 14e rang avec 45 points, alors que la troupe de Yanick Jean devance les Sherbrookois avec 51 points, mais avec deux matchs en main, l'élément le plus important.

«On l'a dit clairement, on veut rejoindre Chicoutimi au classement, on veut mieux se positionner pour les séries de fin de saison et ça commence contre les Saguenéens. C'est un gros match de quatre points. Oui, il y a Chicoutimi, mais il y a aussi le Drakkar mercredi, au programme. Ce sont deux matchs très dangereux, mais très importants pour nous, surtout qu'on a plusieurs blessés», a analysé Stéphane Julien.

En effet, si Chicoutimi et Baie-Comeau occupent les deux derniers échelons de la division Est, le Drakkar est tout au fond du baril avec une infinitésimale récolte de 19 points, seulement huit victoires, jusqu'ici.

Car le Phoenix sera une fois de plus affecté par un nombre important de blessés; Kay Schweri, Kevin Gilbert, blessés, et Trevor Stacey, toujours suspendu, rateront les matchs du voyage.

«Jack Kilgour va faire le voyage avec nous, on va voir mardi soir s'il peut jouer. On a rappelé Nicolas Roy, qui a très bien fait pour nous vendredi passé à Québec. Il me fait beaucoup penser à Kevin Gilbert, il a des aptitudes similaires, le même style», a dit Julien.

Quant à Daniel Audette, son geste à l'endroit de Vitalii Abramov ne lui a finalement pas valu les foudres de la LHJMQ.

Ce qui n'a pas empêché Stéphane Julien de maintenir les propos tenus à l'endroit de son joueur vedette, après le match de samedi contre les Olympiques de Gatineau, une victoire de 4-1.

Julien n'a pas été tendre envers Audette, qui s'est vu imposer une pénalité de cinq minutes et une expulsion pour son double-échec à l'endroit du joueur des Olympiques. Le pilote sherbrookois a qualifié ce geste «d'égoïste».

«Oui, j'ai dit ça sous le coup de l'émotion, mais je maintiens mes paroles. En tant qu'entraîneur, quand l'équipe connaît une saison comme nous, une saison difficile, qu'on dispute un fort match contre Gatineau, les gars sont motivés, on veut gagner, malgré les blessés, tu ne peux pas tolérer ça.»

«Je peux comprendre ce genre de jeu en échec-avant, quand l'adversaire ne se tourne pas du bon côté et qu'il y a un impact, mais samedi c'était inacceptable. Je suis comme ça dans le vestiaire depuis mon arrivée et Dan n'est pas le premier. On se dit les vraies affaires.»

«On ne s'en est pas reparlés; Dan est un gars émotif, et un bon gars, intelligent, je sais qu'il comprend et qu'il va nous sortir un gros match contre Chicoutimi.»

Merci aux gardiens

Si le Phoenix a pu grimper un peu au classement lors des deux dernières semaines, il peut dire un gros merci à ses deux gardiens.

Evan Fitzpatrick a été nommé 1re étoile de la semaine LHJMQ la semaine dernière et lundi, ce fut au tour de Charles-Antoine Poirier-Turcot d'obtenir la troisième étoile.

Le jeune homme acquis de l'Océanic de Rimouski a gagné l'un de ses deux matchs, maintenu une moyenne d 1,51 et un pourcentage d'efficacité de 0,961.

«Ce fut vraiment une belle surprise pour nous. On ne le connaissait pas beaucoup avant son arrivée avec nous, mais ça ne nous inquiétait pas de le lancer dans l'action. C'est un bon athlète.»

C'est Fitzpatrick qui devrait être d'office mardi soir à Chicoutimi, du moins Stéphane Julien estime les chances à 80 % de le voir devant le filet.

«Fitz a été malade la semaine dernière, il a même été malade pendant la période d'échauffement du match des futures étoiles BMO à Vancouver, tandis que Poirier-Turcot soigne une petite blessure. Les deux ont pratiqué lundi matin, on va choisir celui qui sera à 100 %.»

sebastien.lajoie@latribune.qc.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer