Une mère recherche son fils disparu depuis 2 ans

C'est au centre-ville de Sherbrooke que Suzan Mariasine... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

C'est au centre-ville de Sherbrooke que Suzan Mariasine a vu son fils pour la dernière fois.

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Une ancienne résidente de Sherbrooke en appelle à la population pour retrouver son fils disparu depuis deux ans. Suzan Mariasine, qui réside maintenant à Joliette, visitait son fils au centre-ville de Sherbrooke lorsqu'elle l'a vu la dernière fois. Après avoir sollicité l'aide de la police et des refuges pour itinérants et avoir engagé en vain un détective privé, la dame de 59 ans se tourne ultimement vers la population estrienne pour le retracer.

 Robbie Audet... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

 Robbie Audet

Photo fournie

« C'est mon dernier espoir, admet-elle. Personne n'a pu m'aider. Je suis très inquiète et je n'ai aucune idée où il peut se trouver. Il y a des possibilités qu'il se trouve à Sherbrooke ou près de Bury. »

Son fils, Robbie Audet, a été élevé dans la région et est un ancien élève de l'école secondaire Alexander-Galt. Il est le fils de Jean-Luc Audet, qui demeure toujours à Sherbrooke. Il serait maintenant âgé de 35 ans. Il mesure 6'2», a les yeux pers et les cheveux brun foncé. Il souffrait de dépendance à la drogue.

« On se pose toutes sortes de questions. Est-ce qu'il dort sous un toit? Est-ce qu'il se porte bien? En tant que mère, il n'y a pas un jour qui passe sans que je me demande où il se trouve et s'il est toujours en vie », a exprimé Mme Mariasine, qui se fait un sang d'encre.

«Et si par hasard tu lis cet article Robbie, s'il vous plait, fais-moi savoir que t'es O.K.»


La mère de Robbie souhaite que quiconque possédant des informations qui pourraient permettre de retrouver son fils lui achemine celles-ci par téléphone, au 450 752-0465, par cellulaire, au 450 271-5498, ou par courriel, au sevans@nexicom.net. Les demandes d'anonymat seront également respectées par la famille.

« Et si par hasard tu lis cet article Robbie, s'il vous plait, fais-moi savoir que t'es O.K. »

Toujours de l'espoir

Selon le lieutenant Alain Préfontaine, du Service de police de Sherbrooke, si Robbie Audet se trouve au Canada, il finira par être retrouvé.

« Quand une personne indique une disparition à son service de police municipal ou à la Sûreté du Québec, la personne recherchée et disparue est inscrite dans le Centre de renseignements policiers du Québec et les agents le vérifient régulièrement. Peu importe où ils se trouvent au Canada, les disparus finissent toujours par refaire surface et s'il est décédé, ce sera aussi indiqué », note-t-il.

Tant du côté de l'Accueil Poirier, qui accueille les sans-abris pour une nuit, que du Partage Saint-François, où ils peuvent séjourner jusqu'à plusieurs mois, des registres sont également maintenus permettant de confirmer si une personne y est passée ou non.

« Ça arrive assez régulièrement qu'il y ait des familles qui nous appelle et nous demande si on a vu un de leur, fait remarquer la coordonnatrice et directrice par intérim au Partage Saint-François, Guylaine Pelchat. Dernièrement on avait une madame de 80 ans qui pensait que son fils était mort et elle avait entendu parler qu'il était passé au Partage. Sans aller dans le détail, on a pu lui confirmer qu'il était effectivement vivant. »

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer