La Patrie: des règles de sécurité insuffisantes, selon la CSST

Sophie Leclerc et Yvon Guay, de la CSST,... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Sophie Leclerc et Yvon Guay, de la CSST, ont dévoilé le rapport sur l'accident mortel.

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Des conditions climatiques défavorables et l'absence de règles de sécurité à proximité du site de déchargement à la coopérative agricole de La Patrie sont à l'origine du décès de Lucille Côté en novembre 2012.

La Commission de la santé et sécurité au travail (CSST) rendait publics son rapport d'enquête et ses recommandations à la suite du décès de cette femme de 64 ans qui se trouvait dans la cour à bois de la coopérative lorsque les tragiques événements sont survenus.

Lucille Côté discutait avec son fils, camionneur pour la compagnie G.A. Logistique de Saint-Hyacinthe, du côté conducteur du poids lourd qui contenait des paquets de bois destinés à la coopérative agricole de La Patrie et à d'autres clients. L'opérateur du chariot élévateur se trouvait de l'autre côté de la plate-forme pour décharger les paquets destinés à la coopérative de La Patrie.

«Avec la présence de neige sur l'emballage des paquets de bois, il ne fallait pas une grande force pour que le paquet de bois glisse de la plate-forme du camion. Pour soulever le paquet de bois situé de l'autre côté, le chariot élévateur a appliqué une certaine force pour incérer les fourches sous le paquet.  Cette force était assez grande pour entraîner la chute au sol du paquet. Sans la présence de neige, il aurait été surprenant que la force appliquée ait pu faire tomber le paquet de bois de la plate-forme», explique l'inspectrice, Sophie Leclerc de la CSST.

Le directeur régional de la CSST, Guy Vallée , lance un cri du coeur de prévention concernant les accidents avec les chariots élévateurs.

«Il y a des mesures simples qui peuvent permettre d'éviter des blessures et même le décès de travailleurs ou de clients. C'est le type d'accident qui ne se produirait pas si les employeurs, les travailleurs, camionneurs et opérateurs de chariots élévateurs, les suivaient», explique Guy Vallée.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer