Explosion chez BEM: «Je n'ai jamais vu un endroit aussi sécuritaire»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) L'explosion du principal entrepôt de l'entreprise BEM Feux d'artifice jeudi matin à Coteau-du-Lac, près de Valleyfield, a été aussi spectaculaire que dramatique : deux employés y ont perdu la vie.

Jean-Pierre Gagné... (Archives La Tribune, Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

Jean-Pierre Gagné

Archives La Tribune, Maxime Picard

La nouvelle a fortement ébranlé Jean-Pierre Gagné, le président de l'entreprise FAE Pyrotechnie de Sherbrooke. « C'est très triste ce qui vient d'arriver. C'est bien la dernière entreprise où j'aurais pensé qu'il puisse y avoir un accident comme ça. Je n'ai jamais vu un endroit aussi sécuritaire», affirme-t-il.

Il faudra attendre les résultats de l'enquête pour connaître la cause précise de l'incendie, mais pour le moment, M. Gagné croit beaucoup plus à la thèse de l'accident qu'à celle de la négligence.

« Certains critiquaient l'absence de gicleurs au plafond, mais dans le cas d'un entrepôt de pièces pyrotechniques, ça ne sert à rien. En 30 secondes à peine, tout explose. Les gicleurs n'y pourraient pas grand-chose, explique-t-il. Un accident, c'est un accident», ajoute M. Gagné.

La force de la déflagration s'explique par la très forte concentration de feux d'artifice entreposés au même endroit. BEM Feux d'artifice est en effet l'un des plus grands distributeurs de produits pyrotechniques au Canada.

M. Gagné tient à rappeler que les entreprises oeuvrant dans ce domaine sont régies par le gouvernement du Québec et doivent se conformer à des normes très strictes. Il est convaincu que BEM les respectait à la lettre.

L'entreprise de Jean-Pierre Gagné, FAE Pyrotechnie, est située sur la rue Bertrand-Fabi, dans le secteur de Rock Forest. Bien que les dépôts de feux d'artifice de l'entreprise, les seuls de la région, se trouvent à proximité d'un quartier résidentiel, M. Gagné maintient que les gens ne doivent pas s'inquiéter.

« On ne parle pas du tout de la même concentration d'explosifs que chez BEM. Nos entrepôts contiennent 80 fois mois de feux d'artifice et ils sont répartis dans neuf containers séparés qui ne comportent aucune source d'électricité. Nous respectons aussi toutes les normes exigées par le gouvernement », assure-t-il.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer