Un geste volontaire explique le décès du pilote Maurice Perras

Partager

Sur le même thème

Jérôme Gaudreau

(Sherbrooke) L'écrasement d'avion survenu le 10 juillet dernier à l'aéroport de Sherbrooke, qui a coûté la vie au pilote Maurice Perras, a été causé par un geste volontaire selon le coroner responsable du dossier, Martin Clavet.

Cinq jours avant les événements, le Dr Perras a appris qu'il était une fois de plus victime d'un cancer. Âgé de 64 ans, il a alors refusé les traitements, lui qui se trouvait en phase terminale.

« Le 10 juillet 2012, tôt le matin, la conjointe de Maurice Bryan Perras constate que ce dernier a déjà quitté le domicile sans qu'elle s'en soit rendu compte, a inscrit le coroner dans son rapport rendu public hier. Il s'était alors manifestement rendu à l'aéroport de Sherbrooke. Vers 6 h 30, Maurice Perras décolle de la piste 31 de l'aéroport de Sherbrooke, étant le seul occupant à bord de son aéronef ultraléger, un Quad City Challenger II 2005. L'appareil monte dans l'axe de la piste, puis effectue un demi-tour avant de piquer du nez. »

Toujours selon le coroner, le pilote avait inscrit dans son carnet de bord la mention « Dernier vol » dans la case du 10 juillet.

Tous les détails dans La Tribune de mercredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer