Cartel de l'essence: deux employées demandent l'absolution

Partager

(Sherbrooke) Sylvie Fréchette et Valérie Houde demandent au tribunal de prononcer une absolution inconditionnelle à leur endroit.

Ces deux employés du dépanneur de Deauvillois, une bannière Pétro-Canada du boulevard Bourque à Deauville ont reconnu en janvier dernier leur culpabilité à l'accusation d'avoir fixé le prix de l'essence à la pompe dans les marchés de Sherbrooke et Magog entre le 1er avril 2005 et le 29 mai 2006.

Leur avocat Me Jean-Marc Bénard a présenté, mardi, ses arguments au juge François Tôth de la Cour supérieure afin que ses clientes ne soient pas réputées avoir de casier judiciaire.

Les deux femmes étaient employées par le dépanneur le Deauvillois et n'ont tiré aucun profit du cartel de l'essence. Leur avocat a plaidé qu'elles se trouvaient au bas de l'échelle et n'avaient fait qu'exécuter les ordres de leur patron comme employées salariées.

Texte complet dans La Tribune de mercredi.

Texte Abonnement à la version électronique:

http://www.latribunesurmonordi.ca/

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer