L'oncle de Roxanne étonné du nombre de cas d'alcool au volant

David Cyr... (Photos La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

David Cyr

Photos La Tribune, René-Charles Quirion

Partager

Sur le même thème

(Sherbrooke) Devant le nombre de dossiers de conduite avec les facultés affaiblies, l'oncle de Roxanne Bouffard-Cyr, David Cyr, souhaite qu'on trouve «des moyens de prévenir l'alcool au volant».

Roxanne Bouffard-Cyr... (Photo Facebook) - image 1.0

Agrandir

Roxanne Bouffard-Cyr

Photo Facebook

M. Cyr était présent mercredi matin au palais de justice de Sherbrooke pour le retour devant le tribunal de Martin Nadeau, celui qui est accusé d'avoir fauché la vie de la jeune femme de 19 ans dans la nuit de vendredi à samedi dernier sur la rue Propsect à Sherbrooke.

Rappelons que l'homme de 27 ans est accusé de conduite avec les facultés affaiblies causant la mort de Roxanne Bouffard Cyr et des lésions à Bohémie Drouin, d'avoir quitté les lieux de la collision dans l'intention d'échapper à sa responsabilité criminelle et sans offrir d'aide aux deux victimes à la suite de l'accident et de bris de probation.

Au volant d'un véhicule Nissan Infiniti noir 2004, Martin Nadeau aurait happé les deux jeunes femmes devant le 1977 de la rue Prospect, vers 3 h dans la nuit de vendredi à samedi, sans s'arrêter. Les deux amies se rendaient au dépanneur situé à l'angle du boulevard Jacques-Cartier et de la rue Prospect, lorsque la tragédie est survenue.

Au tribunal, David Cyr a pu constater la quantité de dossiers d'alcool au volant qui passent à chaque jour devant le juge. Avant que le dossier de Martin Nadeau soit appelé devant le tribunal, trois conducteurs ont reconnu leur culpabilité à des accusations de conduite avec les facultés affaiblies ou d'avoir conduite leur véhicule avec un taux d'alcoolémie supérieur à la limite permise par la loi.

«Ce qui m'a surpris le plus, c'est de voir les cas d'alcool au volant. C'est la première fois que j'allais au palais de justice et j'ai vu juste des cas d'alcool au volant. Il faudrait que les gens se rendent compte de ce qu'ils peuvent faire vivre aux autres. Peut-être qu'ils ne recommenceraient pas et que ça amènerait pas un accident mortel comme on a vécu», soutient David Cyr.

Par ailleurs, l'aptitude de Martin Nadeau sera évaluée par un psychiatre.

Texte complet dans La Tribune de jeudi.

Abonnement à la version électronique:

http://www.latribunesurmonordi.ca/

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer