Estrie: la famille d'une victime de Newtown sous le choc

Colère et révolte. Ces deux mots illustrent les sentiments éprouvés par  la... (Photo AP)

Agrandir

Photo AP

Partager

Sur le même thème

La Presse Canadienne
Montréal

Colère et révolte. Ces deux mots illustrent les sentiments éprouvés par la famille de Lauren Rousseau, tuée vendredi dernier à Newtown au Connecticut et dont une partie de la famille vit en Estrie, au Québec.

Lauren Rousseau... (Photo AP) - image 1.0

Agrandir

Lauren Rousseau

Photo AP

François Rousseau, son oncle, a encore la voix éraillée et le ton grave lorsqu'il revient, douloureusement, sur les gestes déraisonnés qui ont coûté la vie à sa nièce, Lauren Gabrielle Rousseau, âgée d'à peine 30 ans.

«On est impuissant. Il faut subir», a admis l'oncle de la victime.

Vendredi dernier, le tueur est entré dans le local où elle enseignait. Il a ouvert le feu sur elle, avant de décharger son arme sur 16 petites victimes qui se trouvaient en sa présence, dans la salle de classe.

«Une révolte contre les armes à feu si faciles à obtenir. C'est ce qui est choquant et qui a détruit tellement de jeunes vies en quelques minutes. C'est tout ce que je peux dire», a laissé échapper M. Rousseau, après un long soupir qui exprimait beaucoup plus que des mots.

Rejoint chez-lui, en Estrie, il a exprimé la douleur vive toujours ressentie par la famille moins d'une semaine après la tragédie. Il faudra du temps pour cicatriser la blessure et en attendant, il a ajouté dans un effort de résilience, que «ça va passer, on n'aura pas le choix».

Dans ce drame qui a résonné aux quatre coins de la planète, 20 jeunes enfants de 6 et 7 ans à peine ont perdu la vie. Six adultes sont aussi tombés sous les balles, victimes du tireur qui a forcé l'entrée d'une école primaire du Connecticut.

Le père de Lauren, Gilles Rousseau, se trouve au Connecticut pour les funérailles qui viendront dans les prochains jours.

«Comme mon frère l'a dit, il faut pardonner. Je l'ai entendu dire à la télévision plus tôt «j'aime mieux être le père de Lauren, qui est décédée, que le père de l'assassin'. Voilà», a terminé François Rousseau.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer