Pornographie juvénile: Bruno Henry remis en liberté

Bruno Henry... (Archives La Tribune)

Agrandir

Bruno Henry

Archives La Tribune

Partager

(Sherbrooke) Détenu depuis son arrestation dans une affaire de production de pornographie juvénile l'été dernier, Bruno Henry pourra passer le temps des Fêtes auprès de sa conjointe.

Le juge Martin Bureau de la Cour supérieure a infirmé, hier, la décision de son confrère Paul Dunnigan de la Cour du Québec rendue en octobre dernier et remis en liberté le pompier de Magog sous de sévères conditions.

L'homme de 52 ans fait face à 12 chefs d'accusation de production et de possession de matériel de pornographie juvénile, d'incitation à des contacts sexuels, de contacts sexuels ainsi que d'extorsion.

Le chef d'accusation de production de pornographie juvénile est passible d'une peine minimale d'incarcération d'une année.

Même s'il respecte la décision du tribunal, le procureur aux poursuites criminelles Me André Campagna lance une invitation au sénateur conservateur sherbrookois Pierre-Hugues Boisvenu de militer en faveur d'un renversement du fardeau de la preuve en matière de remise en liberté pour les crimes à caractères sexuels.

« Vous voyez que la même preuve a été faite devant deux juges qui en arrivent à des conclusions différentes. Le juge d'appel a mentionné à quelques reprises que nous n'étions pas dans un cas de renversement de la preuve. Nous en sommes peut-être rendus à une étape dans notre société à se poser la question. En matière de trafic de stupéfiants, il y a un renversement du fardeau de la preuve. Je fais une suggestion du sénateur Boisvenu, il pourrait se battre pour ça afin qu'il y ait renversement du fardeau de la preuve en matière de crime à caractère sexuel. Lorsque la preuve est forte, comme dans la présente affaire, il devrait militer pour que les accusés ne soient pas remis en liberté et qu'il n'y ait pas de risque pour la société », suggère Me André Campagna.

Le juge Bureau a mentionné dans sa décision que la poursuite ne s'était pas déchargée de son fardeau que la détention de Bruno Henry était nécessaire pour la protection et la sécurité du public.

Tous les détails dans l'édition de jeudi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer