Noyades à Ascot Corner: intervention pénible pour les pompiers

Secourir un grand-père et son petit-fils tombés dans l'eau glacée de l'étang... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Imacom, Maxime Picard

Partager

(Sherbrooke) Secourir un grand-père et son petit-fils tombés dans l'eau glacée de l'étang derrière leur maison représente un cauchemar pour les intervenants d'urgence - surtout lorsque, malheureusement, les victimes perdent finalement la vie.

Les secouristes de la Régie intermunicipale des incendies de la région d'East Angus ont été si secoués par leur triste travail qu'ils ont fait appel aux travailleurs sociaux d'Urgence-Détresse quelques minutes seulement après la fin de leur intervention à Ascot Corner, vendredi soir, où Nicolas Payeur, neuf ans, et son grand-père Gérard Payeur, 64 ans, ont péri noyés.»

Les situations où l'on secourt des enfants sont toujours plus difficiles «, avoue Albert Lemelin, directeur du service des incendies.

L'appel a été logé à la centrale 9-1-1 autour de 16 h 45 vendredi soir. Aussitôt, 21 des 27 pompiers de l'équipe se sont mis en route vers Ascot Corner avec la camionnette et le zodiac du service d'incendie. Une fois sur place, il leur a fallu localiser l'endroit où le drame se jouait, puis réussir à se rendre au centre de l'étang, là où la glace avait cédé.

« Les pompiers pouvaient marcher sur la glace, sur le bord de l'étang, mais il fallait ensuite avancer le bateau de façon prudente, une jambe dans le bateau et une jambe sur la glace, pour se rendre jusqu'à l'endroit où les victimes se trouvaient. »

Textes complets dans La Tribune de mercredi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer