Meurtre à Drummondville: «J'ai vu le massacre. C'est atroce»

La bagarre qui a coûté la vie à... (Photo, Ghislain Bergeron)

Agrandir

La bagarre qui a coûté la vie à Maxime Faust est survenue sur la 105e Avenue à Drummondville vendredi soir vers 19 h.

Photo, Ghislain Bergeron

(DRUMMONDVILLE) Un geste «inhumain», c'est ce qu'une demi-douzaine de membres de la famille de Maxime Faust, tué à coups de couteaux vendredi soir à Drummondville, s'entendaient pour dire, assis côte-à-côte au palais de justice lundi matin en attendant la comparution de l'accusé, âgé de 23 ans.

C'est avec les larmes aux yeux que Caroline Ménard, la tante la jeune victime, disait tout haut ce que ses proches pensaient en silence.

Assise aux côtés de sa soeur Doris, la mère de Maxime, Mme Ménard, a raconté qu'elle est allée sur les lieux de l'agression. «J'ai vu le massacre. C'est atroce. Un être humain normal ne peut faire quelque chose comme ça », a-t-elle lancé en parlant des traces laissées dans l'appartement où vivait son neveu sur la 105e avenue.

Maxime Faust a été poignardée à au moins quatre reprises vendredi soir, vers 19 heures, lors d'une soirée entre amis. Il a trouvé la force de se traîner jusqu'à la Boucherie Germain Dubé, de la rue Saint-Aimé, située à environ 150 mètres de chez lui. Il est finalement décédé des suites de ses blessures au centre hospitalier.

Richard Dubé a vu entrer la victime qui saignait abondamment et il a aussitôt contacté le 911. « Je connais bien ces deux jeunes. L'un comme l'autre sont des clients réguliers ici car ils sont voisins sur la 105e avenue. Ils se sont toujours conduits normalement ». Selon M. Dubé, un témoin, du même âgé, est arrivé aussitôt derrière la victime. « Il m'a dit qu'il venait de recevoir quatre coups de couteaux. Les enquêteurs l'ont interrogé à titre de témoin de la scène. Les enquêteurs de la Sûreté du Québec ont fermé mon commerce et sont restés une bonne partie de la nuit afin d'analyser l'endroit. Tout est filmé ici. Ils sont donc repartis avec les vidéos », confirme M. Dubé, en ajoutant que le quartier demeure plutôt tranquille normalement ».

Toutefois, le bruit courait dans le quartier ce matin à l'effet que l'accusé était peut-être légèrement déficient, mais rien n'a évidemment été confirmé en ce sens. D'autres ont soutenu qu'une histoire de fille serait à l'origine de la chicane entre les deux jeunes.

L'accusé, qui a comparu en fin de semaine par voie téléphonique pour tentative de meurtre, doit faire face à de nouvelles accusations, fort probablement de meurtre.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer