Les pires inondations depuis longtemps

Les Sherbrookois ont connu vendredi leur pire inondation depuis de nombreuses... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les Sherbrookois ont connu vendredi leur pire inondation depuis de nombreuses années. L'eau de la rivière Saint-François est largement sortie de son lit, stabilisant enfin sa spectaculaire remontée à 25 pieds sur le coup de minuit.

C'est dans la nuit de jeudi à vendredi que les autorités ont commencé à surveiller la rivière de très près. Dès 2 h 30, les commerçants et résidents des zones inondables ont reçu une pré-alerte.

À 8 h, la Ville de Sherbrooke ouvrait son centre de coordination des mesures d'urgence. Comme l'eau avait bondi de 10 pieds au cours de la nuit, il était déjà clair que la journée serait longue et que les riverains n'échapperaient pas à la crue des eaux.

Le secteur de Lennoxville a été l'un des premiers touchés. Déjà en avant-midi, quelques dizaines d'étudiants de l'Université Bishop's ont profité des débordements de la rivière... pour se baigner dans un terrain qui avait pris les allures d'une piscine!

Très vite, Bishop a fermé ses portes, tout comme le Collège Champlain. Le CPE Panda de l'université a été l'un des premiers endroits évacué à Sherbrooke, entrainant la relocalisation de 140 bambins.

Sur l'heure du midi, les premières résidences ont été évacuées aux abords de la Saint-François alors que l'eau atteignait 21 pieds, le seuil critique.

Fermeture du pont Aylmer

Tranquillement en cours de journée, de plus en plus de rues et de routes ont été fermées à la circulation, surtout au centre-ville de Sherbrooke ainsi que dans les arrondissements de Lennoxville et de Brompton. Le transport en commun, ainsi que le retour à la maison des élèves de la Commission scolaire de Sherbrooke, ont été perturbés.

Puis tout s'est compliqué en milieu d'après-midi alors que la rivière a gonflé jusqu'à 23 pieds, entraînant la fermeture du pont Aylmer, sur la rue King.

Privée de l'une de ses principales artères, la ville s'est ainsi retrouvée presque coupée en deux. De chaque côté de la rivière, des kilomètres de voitures faisaient la file pour traverser les autres ponts tout en évitant les nombreuses rues fermées.

Au centre-ville, même les ambulances peinaient à se frayer un chemin vers l'Hôtel-Dieu. Les autorités ont alors conseillé aux gens d'éviter de sortir s'ils le pouvaient.

Finie la pluie, mais pas les inondations

La pluie a cessé de tomber vendredi soir, ce qui ne signifie pas que la crue des eaux se résorbera rapidement. Les rivières et ses affluents étant très, très pleins, le Centre d'expertise hydrique du Québec doit maintenant gérer les barrages afin d'épargner le plus de villes possible.

Le niveau de l'eau devait au moins cesser de monter hier soir sur le coup de minuit, bien que plusieurs variables puissent encore fausser les prédictions.

Et ensuite? «Ce sera une opération nettoyage...» fait savoir Louis Gosselin, chargé de communications à la Ville de Sherbrooke. Mais encore faut-il que l'eau soit retournée dans son lit...

Voyez notre galerie de photos sur www.cyberpresse.ca/la-tribune

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer