La décision de transférer les élèves de St-Philippe était la bonne

Les élèves de St-Philippe sont à Magog depuis... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Les élèves de St-Philippe sont à Magog depuis le 25 février.

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partager

(Sherbrooke) La Direction de la santé publique (DSP) de l'Estrie est encore davantage convaincue que la décision de retirer les élèves et le personnel de l'école Saint-Philippe de Windsor était la bonne.

Les résultats préliminaires de l'enquête épidémiologique menée auprès de l'ensemble des élèves et du personnel en février et en mars 2013 révèlent que 77 élèves ont présenté des problèmes de santé possiblement liés aux moisissures à l'école.

Par ailleurs, les concentrations très élevées de moisissures ont été retrouvées dans deux des trois vides sanitaires, soit des locaux non fréquentés par les élèves, mais qui sont encore sur la terre battue, mentionne la DSP dans un communiqué diffusé mercredi en fin d'après-midi.

Aux endroits fréquentés par les élèves et les membres du personnel, la concentration la plus importante en moisissures a été retrouvée au niveau de la cafétéria située au sous-sol, au côté d'un des vides problématiques. On a également observé des concentrations plus importantes de moisissures dans les classes situées au-dessus des deux vides problématiques.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer