Bruit causé par un dépanneur: Lac-Mégantic dit ne pas pouvoir faire plus

Partager

François Gougeon

(SHERBROOKE) L'évaluation de la problématique de bruit soulevé par le couple voisin du Dépanneur du coin à Lac-Mégantic a donné lieu à « plusieurs interventions de la Ville», qui estime ne « pas avoir d'arguments pour aller plus loin».

« Après l'analyse du dossier, y compris un test de lecture de décibels démontrant que les bruits ambiants provenant de la rue Laval sont plus élevés que les appareils mécaniques en cause, et des approches pour aider les deux parties à trouver un compromis, on ne peut pas aller plus loin», a soumis le directeur général, Gilles Bertrand.

Il a été jugé inutile de procéder à un recours devant les tribunaux, car « le propriétaire du dépanneur aurait autant de chances de gagner que les plaignants».

Le directeur général a aussi rappelé avoir proposé une médiation entre les parties afin de trouver un terrain d'entente, mais que cela n'a pas marché. « On a essayé de voir des solutions, comme l'aménagement d'un caisson acoustique autour des équipements et un partage des frais entre les parties, mais il n'y a pas eu de suites», a rajouté M. Bertrand, signalant que la maison du couple est construite « sur la ligne de lot».

Pour la mairesse Colette Roy-Laroche, il est « faux de prétendre que la Ville ne fait pas appliquer son règlement ». « Tous les éléments qu'on a en main font en sorte qu'on ne peut pas aller plus loin, et tout ce qu'on a, c'est un pouvoir de persuasion. Malheureusement, il n'a pas été possible de faire en sorte que ces deux voisins arrivent à une solution gagnante de part et d'autre», a-t-elle exprimé.

Du côté du dépanneur montré du doigt, qui est la propriété de André Fortin et de Mélanie Bédard, on a refusé de faire le moindre commentaire. « Je n'ai pas l'intention de répondre d'aucune façon pour le moment», a simplement déclaré Mme Bédard.

Rappelons que depuis 20 mois, Karine Grimard et son conjoint doivent dormir dans la chambre d'invités de leur propre résidence. Le responsable de ce déménagement de chambre est le bruit causé par les compresseurs industriels du dépanneur voisin situés près d'une façade latérale de la maison. Malgré plusieurs plaintes et rencontres avec la direction de la Ville, la situation du couple ne s'est pas améliorée. Dans notre édition de jeudi, Mme Grimard dénonçait l'inaction de la Ville dans ce dossier.

Pas de partage des coûts

Par ailleurs, Karine Grimard a tenu à préciser que c'est à l'endroit de la Ville de Lac-Mégantic et non des propriétaires du commerce qu'il a été discuté de propositions de règlement. « Il n'a jamais été question de partage des coûts. Le directeur général de la Ville nous a simplement dit qu'il faudrait qu'on paie 5500 $ pour l'aménagement d'un caisson acoustique, juste pour un seul compresseur appartenant au dépanneur; ce qui n'a aucun sens, car on devrait payer pour un problème dont la responsabilité ne nous appartient aucunement», a aussi souligné Mme Grimard.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer