Les élèves de St-Philippe à Magog: la CSS essuie des critiques (vidéo)

La Commission scolaire des Sommets (CSS) a dû essuyer plusieurs critiques,... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Imacom, Frédéric Côté

Partager

(WINDSOR) La Commission scolaire des Sommets (CSS) a dû essuyer plusieurs critiques, mardi, alors que les parents des 320 élèves de l'école St-Philippe de Windsor ont appris que leurs enfants seront transférés à l'ancienne école du Transit, à Magog, en raison de problèmes de moisissures qui persistent.

La CSS a pris cette décision à la suite de recommandations de la Direction de la santé publique (DSP) de l'Estrie et de la CSST, puisque les travaux réalisés de mai à septembre n'ont pu régler le problème.

À compter du lundi 25 février, les enfants seront transportés par autobus au Transit, à 43 kmde leur école d'origine. Le Transit accueillait auparavant des élèves de première et de deuxième secondaire. Il compte maintenant des étudiants de formation professionnelle. Les services de garde seront toutefois offerts dans les locaux de l'ancienne école La Source, à Windsor.

Il s'agirait d'une première dans l'histoire de la commission scolaire.

La DSP et la CSST (Commission de la santé et de la sécurité du travail) recommandent toutefois aux gens dont la santé est vulnérable, qui souffrent de problèmes respiratoires ou de déficience du système immunitaire de rester à la maison. L'origine de toute cette affaire remonte à plusieurs mois, voire quelques années selon le Syndicat de l'enseignement de l'Estrie (SEE). Des membres du personnel et des élèves se plaignaient de divers symptômes. On parlait entre autres de maux de tête, d'asthme ou d'irritation des yeux.

Ce sont les résultats préli-minaires de tests de qualité de l'air effectués les 7 et 8 janvier qui montrent que la qualité de l'air s'est détériorée à l'école malgré les différentes mesures mises en place.

Les parents ont été conviés mardi à l'école St-Philippe. Plusieurs se sont plaints du long délai de la commission scolaire avant d'agir. « C'est un an trop tard», a fait valoir une mère de famille.

Mère de quatre enfants, dont deux fréquentant l'école primaire, Annie Lussier dit avoir eu plusieurs réponses à ses questions en entendant la présentation de la commission scolaire. Elle a exhorté l'organisation à être attentive également aux autres écoles pour prévenir.

Texte complet dans La Tribune de mercredi.

Abonnement à la version électronique:

http://www.latribunesurmonordi.ca/

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer