Épidemie de grippe: le ministre de la Santé sur un pied d'alerte

Un plan de crise a été établi en prévision d'une épidémie de grippe qui... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Imacom, Jessica Garneau

Partager

Jérôme Gaudreau

(Sherbrooke) Un plan de crise a été établi en prévision d'une épidémie de grippe qui s'annonce un peu partout au Québec, dont à Montréal plus particulièrement. Cette souche de grippe semble plus virulente et arrive plus tôt que normalement, ce qui met les autorités sur un pied d'alerte, et ce, à quelques jours de Noël.

Le temps des Fêtes approche à grands pas et la Direction de santé publique invite la population à rester vigilante face à cette activité grippale élevée et à la circulation accrue des virus de la gastro-entérite.

«Du 9 au 15 décembre 2012, il y a eu 94 cas confirmés par le laboratoire en Estrie uniquement et depuis le mois de novembre, on en comptait 145jusqu'au 18 décembre dernier. À pareille date l'an dernier, il n'y en avait qu'un seul en région», note Dre Geneviève Petit.

La situation est si inquiétante qu'elle force même le ministre de la Santé, Réjean Hébert, à ne pas prendre de vacances et à demeurer au Québec afin de surveiller tout cela de près.

«Une sortie médiatique a déjà été effectuée hier à Montréal pour prévenir les gens. Des cliniques spéciales pourraient être mises en place au besoin. Notre plan de crise n'est pas enclenché, mais il est prêt. J'espère toutefois que nous n'aurons pas à intervenir», assure le ministre Hébert, tout en précisant que le virus de la grippe peut donner des symptômes respiratoires et intestinaux, menant à la gastro.

«La transmission de la grippe est beaucoup plus précoce cette année et en Estrie par exemple, le nombre de personnes atteintes devrait doubler et atteindre les 300 cas dans une semaine», précise Dre Geneviève Petit au nom de l'Agence de la santé et ses services sociaux.

La situation ne risque donc pas de s'améliorer dans les prochains jours.

«Durant la période des Fêtes, les gens se donnent la main, fêtent et peuvent faire en sorte de propager la grippe plus facilement. En plus, les hôpitaux seront au ralenti durant les Fêtes à cause des congés du personnel médical», dit Réjean Hébert.

Il faut reculer jusqu'en 2004 pour se souvenir d'une éclosion semblable au Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer