Une phase 2 pour le Madrid 2.0

Partager

Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Saint-Léonard-d'Aston) Alors que les lutins vont se mêler aux dinosaures lors du tout premier marché de Noël, Immostar envisage une seconde phase au Madrid 2.0 pour 2014. Évaluée aussi à près de 10 millions de dollars, cette deuxième étape consisterait à construire de l'autre côté de l'autoroute 20 un centre d'interprétation du fromage, un relais-routier adapté pour les camions-remorques et des salles de location.» On veut récupérer une partie du transport autoroutier «, a indiqué le directeur du marketing, Paul Poisson. Celui-ci est tout de même agréablement surpris de constater que 40 % de la clientèle du Madrid 2.0 provient de l'axe Montréal-Québec.

Disparu sous le pic des démolisseurs à l'automne 2011, le restaurant Madrid, véritable figure iconique du paysage autoroutier, a fait place le printemps dernier à une nouvelle construction de près de neuf millions de dollars qui a entraîné la création de 200 emplois. Car la halte routière de Saint-Léonard-d'Aston comprend un dépanneur Couche-Tard, une station-service Esso, un restaurant McDonald's ainsi qu'une rôtisserie St-Hubert Express « hybride».

Or, le maire Luc Balleux a de grandes ambitions pour ce site, d'où la mise sur pied d'un premier marché de Noël les 14, 15 et 16 décembre. Sous un chapiteau chauffé, une quinzaine d'exposants offriront des fromages et une foule de produits du terroir bien adaptés à la période des Fêtes. Bref, tout sera mis en oeuvre pour permettre à la population de mettre sous le sapin quelques trésors de l'agroalimentaire régional.

« Le tourisme est très faible dans la région de Nicolet-Yamaska-Bécancour. Peu de monde visite notre territoire. Personne ne s'est préoccupé d'utiliser ce site qui accueille 465 000 personnes par année. On a trouvé des oreilles attentives pour tenter de les retenir un peu plus longtemps. Et on a une région agricole où il se fait beaucoup de choses», a-t-il expliqué en conférence de presse.

D'ailleurs, c'est sous le thème « Goûtez-y! » que se déroulera cet événement et ce, dans une ambiance festive. « C'est un projet issu du milieu et rassembleur pour faire connaître nos produits et favoriser les ventes», a indiqué Julie Chabot, du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ).

Finalement, le premier membre exécutif du Syndicat des producteurs laitiers du Centre-du-Québec, Roger Lafond, y voit une opportunité de faire découvrir certains fromages d'ici. « C'est un arrêt qui va devenir incontournable », renchérit la présidente de Développement bioalimentaire Centre-du-Québec, Carole Laverdière, qui a parlé « d'un marché des saveurs à plus long terme ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer