La musique douce est bénéfique pour les patients des soins intensifs

Faire écouter de la musique à des patients hospitalisés à l'unité des  soins... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partager

(Sherbrooke) Faire écouter de la musique à des patients hospitalisés à l'unité des soins intensifs peut être bénéfique pour ces personnes, lorsqu'elles sont intubées et ventilées mécaniquement.

Dr Olivier Lesur... (Photo CHUS) - image 1.0

Agrandir

Dr Olivier Lesur

Photo CHUS

Une nouvelle étude montre qu'elles auraient besoin de moins de médicaments et ressentiraient une diminution significative de leur niveau de stress à l'écoute de musique classique.

Les conditions de calme reproduites pour les besoins de cette étude, grâce à la musique à lent tempo, pourraient avoir des retombées cliniques et biologiques importantes sur le devenir de ces personnes en danger de mort, indique un communiqué.

Le mérite de cette découverte pour le moins surprenante revient à l'équipe du Dr Olivier Lesur, médecin intensiviste au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS), chercheur au Centre de recherche clinique Étienne-Le Bel (CRCELB) du CHUS et professeur à la Faculté de médecine et des sciences de la santé (FMSS) de l'Université de Sherbrooke.

Ce projet innovateur de recherche clinique, intitulé Projet Musique et mené au CHUS, présente plusieurs caractéristiques d'intérêt relativement aux soins prodigués aux patients dont l'état est critique. Cette recherche permettrait aussi d'utiliser des méthodes alternatives pouvant soulager les personnes intubées et ventilées mécaniquement, alors qu'elles sont des plus vulnérables.

L'investigation a démontré que l'écoute quotidienne d'une musique douce, avec un rythme lent se rapprochant du rythme cardiaque du patient, pourrait réduire la consommation de médicaments analgésiques et de calmants, ajoute-t-on.

Même si les signes vitaux n'ont pas systématiquement changé chez les participants de cette étude, leur consommation de médicaments tendait à diminuer. Ainsi, le confort du patient semblait augmenter même s'il ressentait moins le besoin de recevoir une médication, particulièrement la sédation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer