Le pédalo nouveau est construit à Sherbrooke

Sur le même thème

Réal Gagnon voit grand pour le Cyclopal... (Imacom, Claude Poulin)

Agrandir

Réal Gagnon voit grand pour le Cyclopal

Imacom, Claude Poulin

Jonathan Custeau

(Sherbrooke) Finie l'époque où il fallait suer à grosses gouttes pour que son pédalo avance un brin. Fini le temps où le moindre courant contrecarrait tous les efforts des plaisanciers. Avec le Cyclopal, une embarcation à pédales construite à Sherbrooke, il devient plus agréable de naviguer sur les plans d'eau.

Ces bolides, bâtis en fibre de verre, sur le principe du catamaran, sont montés chez Fibre de verre Sherbrooke inc. dans le parc industriel. «C'est un pédalo qui existe depuis une vingtaine d'années. Il a été inventé au Saguenay, mais ça faisait quinze ans que la production avait été arrêtée. Nous cherchions une façon de diversifier nos activités pour faire travailler nos employés toute l'année», explique Réal Gagnon, vice-président de la compagnie.

Fibre de verre Sherbrooke a alors acheté les moules et les droits sur le Cyclopal. L'entreprise a commencé la commercialisation du produit l'an dernier. «Toutes les pièces sont faites avec un procédé d'injection. À l'exception des sièges, c'est un produit entièrement québécois.»

Il faut deux jours et demi environ pour fabriquer un de ces pédalos qui, avec des conditions optimales, permet d'atteindre une vitesse de 10 km/h. «Ce n'est pas le vent ou le courant qui vont vous empêcher de sortir. Il est propulsé par huit pales et est très stable. La fibre de verre en fait une embarcation plus profilée, plus légère et plus facile à réparer.»

Nouveaux marchés

Pour son produit, Réal Gagnon voit grand. S'il s'attend à vendre une centaine de pédalos cette année, au coût de 3495 $ pièce, il souhaite tripler le nombre de commandes l'an prochain. «On regarde aussi pour une distribution à l'extérieur du Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick. C'est impossible cette année parce qu'on peine à répondre à la demande.»

La demande est effectivement tellement importante que l'entreprise sherbrookoise compte depuis peu sur les services de six nouveaux employés. Un quart de travail de soir a aussi été ajouté pour assurer la production.

Ainsi, la crise financière ne fait donc pas partie des sujets chauds chez Fibre de verre Sherbrooke, qui fabrique également des balcons et des rampes. M. Gagnon pourrait même agrandir son usine, si les années à venir se révélaient fructueuses.

Pour le moment, les curieux peuvent faire l'essai du Cyclopal à la plage Blanchard ou au lac Aylmer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer