Le cirque enseigné au centre-ville

L'École de cirque de Sherbrooke doit ouvrir le... (spectre média, jessica garneau)

Agrandir

L'École de cirque de Sherbrooke doit ouvrir le 18 septembre, si tout va comme prévu. On voit Isabelle Dion, Annie Robidas et  Marine De Sorgher.

spectre média, jessica garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Une école de cirque s'apprête à ouvrir ses portes au centre-ville de Sherbrooke. Sise 75, rue Wellington Nord, l'École de cirque de Sherbrooke devrait s'animer le 18 septembre.

La propriétaire, Marine De Sorgher, est diplômée de l'École nationale de cirque et enseigne depuis trois ans dans ce domaine.

Elle travaille aux côtés des entraîneuses Isabelle Dion et Annie Robidas.

Au passage de La Tribune dans l'immeuble de la rue Wellington Nord, l'équipe s'activait autour des derniers préparatifs en vue de l'ouverture.

La jeune propriétaire a loué les vastes locaux situés dans un édifice datant du début des années 1900, qui a autrefois abrité une banque, comme en témoigne un coffre-fort situé tout au fond de la grande pièce. Les plafonds, d'environ dix mètres (30 pieds), porteront bientôt des points d'ancrage qui permettront aux élèves de s'adonner aux tissus aériens, cerceaux et trapèzes.

Le trio, qui partage une passion pour les arts aériens, a touché à différentes disciplines avant de se réunir pour participer à l'ouverture de ce qui serait la première école de cirque à Sherbrooke.

Le trio féminin veut démocratiser cet art qui permet du même coup de faire de l'activité physique.

Effervescence

Peut-on parler d'effervescence dans l'univers circassien grâce aux multiples troupes de la province qui brillent ici et à l'étranger?

« J'ai l'impression que l'engoue-

ment est là depuis longtemps, surtout avec Montréal qui est la sommité dans les arts du cirque à travers le monde, mais je dirais que les gens ne croyaient pas ça accessible il y a peu. Dans leur tête à eux, c'est infaisable. Mais l'apprentissage se fait de façon à ce que devienne accessible à tout le monde », commente Marine, originaire de Belgique.

« On s'adapte aussi au niveau de chaque élève. Ceux qui vont progresser plus vite, on va les pousser plus, ceux qui ont plus de difficultés, on va leur donner des trucs, les encadrer. Même si quelqu'un n'a aucune formation originalement, il peut s'essayer, trouver quelque chose d'amusant et progresser... » renchérit Isabelle Dion, en soulignant que les élèves peuvent accomplir de belles choses selon les différents niveaux.

« Ça sort du gym ou de ce qu'on fait habituellement pour se mettre en forme », note Marine.

D'autres espaces seront occupés par d'autres enseignants, entre autres pour des cours de yoga.

L'école accueillera les élèves à partir de l'âge de cinq ans. Les cours s'adressent aussi aux adolescents et aux adultes. Des approches ont été faites auprès de certaines écoles.

Les inscriptions sont déjà commencées. Marine De Sorgher aimerait éventuellement démarrer une petite troupe.

L'équipe de l'École de cirque de Sherbrooke participera au festival Rivières de lumières à la fin du mois. Elle présentera une prestation le 30 septembre dans le cadre du marché de nuit au Marché de la gare.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer