Peut-être des talents sherbrookois?

C'est après avoir monté une première mouture de... (Archives, Le Quotidien)

Agrandir

C'est après avoir monté une première mouture de Starmania que Québec Issime a été fondée, il y a 24 ans. Depuis la troupe rêvait de bâtir un spectacle complet autour de l'opéra rock. Ce qu'elle fera l'été prochain avec la toute nouvelle production Québec Issime chante Starmania, présenté dès le 11 juillet 2018 à la Place Nikitotek de Sherbrooke, en remplacement du spectacle Cow-boys, de Willie à Dolly, offert depuis quatre ans.

Archives, Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

(Sherbrooke) C'est mercredi, à midi, que seront mis en vente les billets pour le nouveau spectacle Québec Issime chante Starmania, présenté à la Place Nikitotek de Sherbrooke dès le 11 juillet 2018. Ceux qui réserveront leur place dans les gradins savent qu'ils auront droit l'été prochain aux chansons signées Berger-Plamondon dans leur intégralité. Ils ignorent toutefois qui interprétera Stella Spotlight, Johnny Rockfort et compagnie. Le mystère plane encore sur l'identité des chanteurs qui pousseront la voix sur la grande scène extérieure, mais des musiciens sherbrookois pourraient bien faire partie de la distribution, révèle le directeur artistique et cofondateur de la troupe, Pierre Doré.

« Ce n'est pas du tout impossible qu'il y ait des talents régionaux dans cette production, précise-t-il. Sur scène, il y aura un groupe de 12 musiciens qui jouera en direct. De toutes nos productions, c'est celle dans laquelle le band musical est le plus costaud. Nous avons quelques instrumentistes qui feront sans doute partie du show, mais je projette aussi d'intégrer pas mal de musiciens du coin, d'autant plus qu'on sait qu'il y a à Sherbrooke une bonne Faculté de musique. Plusieurs de nos musiciens du Saguenay ont d'ailleurs étudié en Estrie. Et ça a toujours fait partie de la mission de Québec Issime de créer de l'emploi.» 

« On est encore en train de brasser et rebrasser les cartes en ce qui concerne les rôles à distribuer, poursuit-il. Des décisions seront prises au cours des prochains mois, il faut qu'on regarde quel spectacle roulera à quel endroit, et qui fera partie de quoi avant d'annoncer quels artistes seront à Sherbrooke. »

La production, exclusive, aura davantage les parfums d'un retour aux sources que ceux d'une véritable première pour Québec Issime. C'est que l'opéra rock a été la bougie d'allumage pour la création de la compagnie de spectacles, il y a 24 ans.

« C'est le premier show que j'ai monté, c'est inscrit dans l'ADN de la troupe », assure M. Doré, qui dirigeait une chorale, à l'époque.

Son père, le producteur Robert Doré, se souvient de la genèse de ce tout premier spectacle, porté par une bande d'adolescents aussi talentueux que motivés : « Les premiers costumes ont été fabriqués dans la cuisine chez nous. Les soeurs Riverin faisaient partie de la distribution. L'une d'elles avait même cassé la vitre de la table en collant des ''pics'' sur une veste de cuir! Je parle de ce premier spectacle-là et j'en ai des frissons. C'était beau de voir ces jeunes à l'oeuvre. Ce sont eux qui, à l'époque, m'ont fait découvrir l'album de Starmania. »

La signature Québec Issime

Après de premières représentations couronnées de succès, en 1993, la petite troupe saguenéenne souhaitait présenter le même spectacle au cours de l'été 1994.

« On n'a pas pu. Avec le décès de Michel Berger (N.D.L.R.: en 1992), les droits n'étaient plus accessibles. On n'a pas eu le choix de penser à un autre show, à une autre formule. C'est comme ça qu'on a développé la signature Québec Issime. »

Depuis, la compagnie a pris du coffre. Québec Issime chante Starmania sera sa septième production.

« On s'est quand même replongé dans l'univers de Starmania à quelques occasions, en montant une version concert pour des événements ponctuels. On a déjà quelques éléments de décor. Des costumes, aussi. Mais on repart presque à zéro pour le spectacle de la Place Nikitotek. On veut le bâtir sur mesure pour l'endroit, en utilisant au maximum la grandeur de la scène et des écrans. Notre but c'est de respecter au maximum les orchestrations originales, en interprétant les chansons complètes. C'est ça qu'on veut mettre de l'avant. La mise en scène sera donc plus sobre, ce qui n'empêchera pas les personnages d'interagir entre eux », dit M. Doré, en précisant que la production ne sera pas un opéra rock.

« On ne pourrait pas se lancer là-dedans, les grands droits pour l'oeuvre intégrale ne sont pas disponibles. Mais le faire en version hommage, à la Québec Issime, ça c'est possible. »

Les représentations coïncideront avec le 40e anniversaire de l'opéra rock.

« Dans ce contexte, je pense que plusieurs auront envie d'entendre les chansons de ce classique. Une grande production doit être montée en France à la fin de 2018, mais au Québec, nous serons les seuls à offrir un show bâti autour de Starmania », souligne Pierre Doré.

Certains sont peut-être tentés de faire une comparaison entre le spectacle attendu à Sherbrooke et Stone (l'hommage du Cirque du Soleil à Luc Plamondon), applaudi cet été à Trois-Rivières. Ils ne devraient pas, insiste Robert Doré. « Parce que ce sont deux choses complètement différentes. Le Cirque propose un spectacle de cirque. Nous, on fait de la chanson et de la musique. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer