• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Après les mousquetaires, la création pour Olivier Dion 

Après les mousquetaires, la création pour Olivier Dion

« C'est l'heure de la création, un moment que... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

« C'est l'heure de la création, un moment que j'attends depuis longtemps », confie le Sherbrookois Olivier Dion assis confortablement sur la terrasse de la maison familiale.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) « C'est l'heure de la création, un moment que j'attends depuis longtemps », confie le Sherbrookois Olivier Dion assis confortablement sur la terrasse de la maison familiale. Après l'aventure des 3 mousquetaires en France, il pense maintenant à son prochain album solo.

Le Sherbrookois Olivier Dion a consacré trois années... (Photo Bestimage) - image 1.0

Agrandir

Le Sherbrookois Olivier Dion a consacré trois années de sa carrière à la comédie musicale Les 3 mousquetaires, en France. -

Photo Bestimage

En tout, ce sera trois ans de sa carrière qu'Olivier Dion aura consacrés à la comédie musicale Les 3 mousquetaires. De la rencontre avec les producteurs à plus de 140 représentations à travers la France, il dit maintenant au revoir à ce projet pour aller de l'avant avec un album solo.

« C'est spécial, c'est un page qui se tourne. Ça fait réaliser que le temps passe, que toute bonne chose à une fin, que peu importe l'intensité d'un projet, un jour tu verras le bout. C'est presque triste, mais en même temps j'avais presque hâte que ça se termine parce que j'ai de beaux projets qui se dessinent devant moi, je travaille sur un album. »

Il ressort toutefois enrichi de nouveaux apprentissages, mais surtout de souvenirs de ce périple en Europe. « C'est une belle histoire que je n'ai pas envie d'arrêter. Forcément je vais retourner là-bas, continuer ce que j'ai commencé, le concrétiser autrement. Ma maison de disques est d'ailleurs en France. Mais ça me fait du bien de revenir ici, j'ai envie de garder mes racines ici », souligne celui qui demeurera au Québec pour le mois d'août avant de retourner à Paris et à Londres à l'automne pour assister à des camps d'écriture.

S'il ne peut encore en dire beaucoup sur son prochain album, car des éléments restent à confirmer, Olivier Dion dévoile qu'il travaillera en anglais. « C'est certain que je vais rester dans la pop moderne, assez épurée, organique, avec des bases un peu électro. Mais c'est sûr que je veux garder une pop qui est un peu minimaliste, axée sur de belles mélodies et de beaux textes », ajoute-t-il.

Il consacrera ainsi les prochains mois à créer, explorer et expérimenter afin de proposer un album qui lui ressemble et qui va se démarquer.

Et quand pourra-t-on entendre son nouveau matériel ? « J'espère pouvoir sortir un premier single avant Noël, j'ai déjà quelques bonnes chansons en banque. Pour l'album, il est trop tôt pour le dire, mais je ne veux pas attendre trois ans avant de sortir quelque chose ! »

Croire en ses rêves

Très reconnaissant de la vie qu'il a la chance de mener, Olivier demeure conscient qu'il a travaillé fort pour y arriver et qu'il travaillera encore pour poursuivre ses rêves.

« Il rêvait de ça. Il l'a déjà imaginé. Peut-être qu'au fond de moi, j'y croyais et c'est pour ça que soudainement les choses se sont alignées », confie-t-il au sujet du jeune Olivier fabulant de la carrière qu'il mène aujourd'hui.

Pour la suite des choses, il espère simplement que ça continuera à bien aller. « L'album que je prépare est très important pour moi, j'arrive à un moment important dans ma carrière. Chaque étape est importante, on n'est jamais arrivé à la fin, il y a toujours quelque chose à construire. »

Il avoue d'ailleurs qu'il aurait éventuellement envie d'explorer le jeu, un intérêt qu'il a redécouvert grâce à la comédie musicale. Il intégrera d'ailleurs bientôt une agence de casting à Montréal.

Son prochain album paraîtra assurément en France et au Québec, même chose pour l'éventuelle tournée. Pour l'instant, il ne sait pas encore où il s'installera pour produire son disque, mais cela ne l'inquiète pas. « Je vais aller là où ma musique va me mener. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer