• La Tribune > 
  • Arts 
  • > P.-A. Méthot: 4 ans et 300 000 billets plus tard 

P.-A. Méthot: 4 ans et 300 000 billets plus tard

Quatre ans après le début de sa tournée... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Quatre ans après le début de sa tournée Plus gros que nature, P.-A. Méthot s'apprête à tirer le rideau sur son premier spectacle solo.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(Sherbrooke) La première entrevue que P.-A. Méthot a donnée à La Tribune, en prévision de cinq soirs de rodage au Vieux Clocher de Magog, a été publiée à une date malheureusement inoubliable : le 6 juillet 2013. On peut supposer que ce matin-là, alors que le centre-ville de Lac-Mégantic était en flammes, peu de lecteurs avaient la concentration nécessaire pour s'attarder aux propos de ce nouvel « humoriste vétéran », lequel débarquait avec son premier spectacle solo Plus gros nature après s'être produit dans les bars pendant 18 ans.

Mais quatre ans après cette entrevue quelque peu éclipsée, on peut dire que P.-A. s'est bellement repris : il a dépassé les 300 000 billets vendus et est sur le point de franchir le cap des 500 représentations. Des chiffres que l'humoriste n'aurait jamais pensé atteindre. La tournée se terminera officiellement le 4 novembre prochain, à Québec.

« Je me souviens que le soir du 5 juillet, j'étais revenu tard à la maison et je m'étais écrasé devant la télévision. J'ai donc vu les nouvelles. À 5 h du matin, j'ai téléphoné à mon ami Peter MacLeod [celui qui l'a poussé à créer Plus gros que nature et qui est originaire de Lac-Drolet, près de Lac-Mégantic]. Je lui ai dit : « Es-tu réveillé? » Il me répond : « Ben non, y est cinq heures du matin! » Je lui dis de se lever et d'ouvrir la télé : « Tu dois absolument voir ce qui se passe. » Il me rappelle cinq minutes plus tard : « Ben voyons donc! C'est quoi, ça? Faut faire de quoi! » »

C'est à ce moment-là que l'idée du spectacle Avenir Lac-Mégantic a pris forme. « Peter a appelé Gino Chouinard, qui est aussi un gars du coin. Ça a donné le show qu'on a fait au Centre Bell le 13 août », raconte l'humoriste, qui a livré un de ses numéros parmi la brochette d'artistes ayant répondu oui à l'invitation.

Le lendemain de la diffusion du spectacle sur les quatre chaînes francophones québécoises, P.-A. vendait quelque 10 000 billets. Une conséquence inattendue qui a propulsé l'humoriste parmi ceux de l'heure.

« C'est sûr que c'est un événement dramatique, qui a touché tout le monde », commente P.-A. à propos de ce spectacle qui a aussi permis d'amasser près de 800 000 $ pour les sinistrés et proches des victimes. « Nous avons rencontré les gens de Lac-Mégantic à la fin de la soirée, y compris la mairesse. Presque tous avaient perdu un proche. Il y avait une charge émotive incroyable! C'était dur à soutenir. Il y a eu bien des étreintes. Mais ce qu'on leur a apporté leur a fait du bien. J'ai recroisé plusieurs gens de Mégantic par la suite et ils m'en parlaient encore. »

Éviter la lune

Plus gros que nature a beaucoup changé depuis 2013. « Il y a des gens qui ont revu le show quatre ans plus tard et qui me disent que ce n'est plus le même. Tout ce qui a un semblant d'actualité, tu finis par t'en débarrasser, parce que plus personne n'en parle. D'autres numéros ont évolué. Et puis, en spectacle, je suis un gars qui fonctionne par flash. J'essaye quelque chose, et si c'est bon, je le garde. Ça me permet de ne pas m'emmerder ni de devenir mécanique, sinon je risquerais de tomber dans la lune. »

P.-A. veut se laisser une année complète, après le 4 novembre, pour se retirer un moment de la scène et écrire son deuxième spectacle solo. Mais même si son retour n'est prévu que pour novembre 2018, il a déjà hâte.

« J'ai beaucoup de stock de prêt. On est pas mal avancés. Dans la dernière année, quand j'avais des bons flashs, je les essayais avec mon metteur en scène Marc Gélinas. On engrangeait les meilleurs pour le prochain spectacle. »

On le verra peut-être quand même débarquer sans crier gare dans un bar (là où il a appris le métier) pour tester un numéro. « Ça va me remettre dans mes vieilles pantoufles. Ça, j'aime ça. Quand j'ai du défi, je suis content. Et ça, c'en est tout un. Même si j'ai vendu 300 000 billets, ça se peut que j'arrive dans un bar et que ça ne marche pas. Il n'y a rien d'acquis. Moi, je trouve ça le fun de me mettre dans le trouble. »

Vous voulez y aller?

Plus gros que nature

P.-A. Méthot

Du 25 au 29 juillet, 20 h 30

Vieux Clocher de Magog

Entrée : 46,50 $ (48,50 $ les 28 et 29 juillet)




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer