• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Des chansons plein la tête pour Amélie Larocque 

Des chansons plein la tête pour Amélie Larocque

L'auteure-compositrice-interprète Amélie Larocque, qui a remporté le Félix... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

L'auteure-compositrice-interprète Amélie Larocque, qui a remporté le Félix chanson de l'année pour sa collaboration à Ton départ, revient des Rencontres d'Astaffort. Son séjour en France lui a inspiré de nouvelles compositions dont quelques-unes se retrouveront sur son album à paraître dans la prochaine année. Le 23 juin en soirée, elle sera sur la scène du parc Jacques-Cartier de Sherbrooke pour les activités de la Fête nationale.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) De retour d'une séance intensive d'écriture de chansons en France, Amélie Larocque a ramené dans son bagage six nouvelles compositions. La Sherbrookoise était une des trois artistes québécois sélectionnés pour participer aux Rencontres d'Astaffort, un événement créé par Francis Cabrel et parrainé cette année par Vianney.

Pendant dix jours, l'auteure-compositrice-interprète a collaboré avec ses acolytes québécois et une dizaine de ses pairs français. Le tout s'est clôturé avec un spectacle, à guichets fermés devant 500 invités, de chansons inédites allant du jazz à l'électro.

« On a touché à tous les genres musicaux, mais on a surtout travaillé le texte des chansons et je sens que je me suis vraiment enrichie au niveau des paroles. L'emphase était mise sur le message que l'on souhaite passer et sa compréhensibilité. C'était intéressant et complémentaire à un camp auquel j'ai participé en 2016 au Québec avec la SOCAN où l'accent était plutôt mis sur l'aspect accrocheur de la mélodie pop et où on tentait de composer des vers d'oreille », résume celle qui a notamment pu profiter des conseils de Pierre-Yves Lebert (qui a écrit pour Daran, Michel Sardou, Florent Pagny, Maurane).

Zaz, Grand Corps Malade, Alex Nevsky, Salomé Leclerc, Patrice Michaud ont déjà participé aux Rencontres d'Astaffort. Cette année, la Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec (SPACQ) avait choisi Amélie Larocque et Éric Charland alors que Jean-François Janvier avait gagné sa participation lors du dernier Festival international de la chanson de Granby.

« On a commencé avec un coaching qui nous a menés à des thèmes de chanson inspirés de phrases fortes. Ces dernières ont servi de point de départ à la création de chansons. Par exemple, on est partie d'une photo d'un salon de barbier où un siège était vide. Ça m'a inspiré la phrase ''Ta place est vide'' à partir de laquelle un autre participant a composé une chanson », explique l'artiste de 30 ans.

De ce dix jours de création sont nées 35 chansons. Trente ont été présentées à un jury formé de grosses pointures de l'industrie française de la musique et 15 compositions étaient alors choisies pour le spectacle de clôture, dont cinq des créations auxquelles Amé, son nouveau nom d'artiste, a participé.

Chaque chanson a été composée par petit groupe de deux ou trois. Le processus de création collective ne posait aucun problème à celle qui prête régulièrement sa plume à d'autres chanteurs. 2Frères, Annie Blanchard, Renée Wilkin, Yvan Pedneault, Jérôme Couture et Marc Dupré chantent déjà les mots de la Sherbrookoise et Mario Pelchat pourrait bientôt s'ajouter à la liste.

« J'ai chanté au mariage d'Érik Caouette, un des 2Frères, et Mario est venu me voir pour me dire que ce serait un honneur pour lui de chanter un texte d'Amélie Larocque », souligne-t-elle visiblement touchée par le compliment.

La chanson composée pour ce mariage se retrouvera probablement sur le prochain opus de la chanteuse, son deuxième après son album éponyme paru en 2010. Un premier extrait sera lancé cet été, Plaire à sa race, qui traite de cette manie qu'ont les êtres humains de se changer pour entrer dans le moule.

« Entre le premier et le deuxième album, qui sortira dans la prochaine année, j'ai vraiment changé, j'ai avancé. Là, ce que je fais est hyper électro-pop, c'est dansant. Mes influences sont Stromae, Christine and the Queens, Broods, Banks. Au Québec, on me compare des fois à Laurence Nerbonne », note-t-elle.

Au cours des années qui séparent ses deux albums, il y a eu les collaborations. Aussi, Amélie et son conjoint, le multi-instrumentiste Étienne Chagnon, ont eu un bébé. Puis ils ont lancé leur maison de disque, Oblik Records, en avril.

« J'ai tout repris en main, la production et les droits d'édition. Je le sentais en moi, ce côté entrepreneur. Et puis en France, il y a Hervé Cocto, de Music Media Consulting, qui a vraiment aimé mes nouvelles chansons et qui va me donner un coup de main. Je sens qu'il veut s'impliquer. »

Deux des créations écrites lors des Rencontres d'Astaffort pourraient aussi tailler une place sur l'album d'Amé. Un album qui devrait faire danser les gens des deux côtés de l'océan.

D'ici là, on pourra voir et entendre Amé au parc Jacques-Cartier de Sherbrooke, le 23 juin en soirée, puisqu'elle est l'une des artistes au programme des festivités de la Fête nationale.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer