Patrick Quintal dit adieu à une amie

Nicole LeBlanc et Patrick Quintal avaient partagé la... (Photo Claude Croisetière, fournie par Patrick Quintal)

Agrandir

Nicole LeBlanc et Patrick Quintal avaient partagé la scène dans la pièce Sur le bord de la fenêtre, un tout petit chien en flammes, écrite par l'homme de théâtre sherbrookois.

Photo Claude Croisetière, fournie par Patrick Quintal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Avec le départ de la comédienne Nicole LeBlanc, le directeur artistique du Théâtre du Double signe, Patrick Quintal, perd une fidèle collaboratrice, devenue une amie au fil des ans.

« Je suis très touché », a confié celui qui était allé cette semaine faire ses adieux à cette importante figure du paysage télévisuel et théâtral québécois. « On avait développé une belle amitié... »

Nicole LeBlanc et Patrick Quintal avaient partagé la scène dans la pièce Sur le bord de la fenêtre, un tout petit chien en flammes.

L'actrice y jouait le rôle de la mère de Patrick Quintal, qui signait le texte. La pièce avait été présentée au Théâtre Léonard Saint-Laurent en 2000 à Sherbrooke. Elle s'était aussi retrouvée à l'affiche au Théâtre de Trois-Pistoles, où la comédienne avait assumé la direction artistique.

« En tournée, nous avons vraiment ri beaucoup. Nicole était une femme qui avait beaucoup d'humour et qui aimait la vie. Lorsque nous avons joué à Trois-Pistoles, nous résidions dans deux chalets qui étaient à proximité, sur le bord du fleuve Saint-Laurent. En plus de partager de beaux moments sur scène, nous avons aussi passé de très beaux moments ensemble durant cet été-là », se remémore celui qui a connu l'actrice lors d'une tournée.

« Je n'ai jamais vécu sur le bord du fleuve, mais j'ai toujours eu aussi un attrait pour le fleuve et la mer. C'est sans doute cet attrait mutuel qui a attisé notre désir de collaborer ensemble sur L'île aux sabots. Nicole a participé à la première étape de ce projet, le synopsis, les personnages, le canevas de base. Tout le synopsis, la structure, on l'a fait ensemble. »

« Quand je l'avais approchée pour la pièce Sur le bord de la fenêtre, un tout petit chien en flammes, je n'avais qu'une douzaine de pages d'écrites, elle avait accepté. Ce qui m'avait impressionné, c'était sa confiance dans un projet qui était dans les premières étapes. La pièce a connu une belle diffusion; elle a fait trois ans de tournée. On a gardé le contact. »

L'auteur et acteur souligne la sensibilité, la simplicité et la vision artistique de son amie.

Il se remémore aussi un été qu'elle avait passé à L'Isle-aux-Grues. Il était allé lui rendre visite. « Je suis amateur de vélo et je suis parti de Sherbrooke pour aller la saluer et passer un week-end en sa compagnie. J'ai aussi de très bons souvenirs de ce moment-là. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer