Boussacc : L'Irlande dans la peau

Guy Breton, Normand Breton et Paulyn Lacroix ont... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Guy Breton, Normand Breton et Paulyn Lacroix ont formé un nouveau trio de musique irlandaise baptisé Boussacc, lequel vient de faire paraître un premier album, Saveurs d'Irlande. On peut se le procurer en visitant la page Facebook du groupe ainsi que lors des spectacles.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(Sherbrooke) De la même façon qu'il est tombé amoureux de la guitare classique dans sa jeunesse (au point d'aller se chercher une maîtrise en interprétation et de devenir professeur de guitare), Paulyn Lacroix a récemment eu un autre coup de foudre, cette fois pour la musique irlandaise. Tellement que le voici maintenant avec un nouveau trio, Boussacc, qui se consacre entièrement à ce répertoire.

« Mon coup de coeur s'est produit en allant au Mondial de l'accordéon de Montmagny. Je suis tombé sur la prestation d'un duo ou l'un des musiciens jouait du bouzouki irlandais. J'ai été séduit par cet instrument. Il m'en fallait un! À mon retour, je m'en suis fait fabriquer un par Bruno Boutin, un luthier de Magog », raconte celui qui était aussi revenu de l'événement avec, dans sa besace, six ou sept albums de musique vert trèfle.

Différent du bouzouki grec, dont le dos est bombé, le bouzouki irlandais a le dos plat et n'a émergé en île d'émeraude que dans les années 1950, explique Paulyn Lacroix. « C'est introuvable ici. Il faut le commander en Irlande. Nous avons plutôt fait venir les plans de fabrication. »

Habituellement, c'est une mandoline qu'on entend dans la musique irlandaise. « Le bouzouki est moins courant parce qu'il est plus complexe. Ça n'a rien à voir avec la guitare. C'est un instrument en quintes et non en quartes, avec huit cordes doublées, en métal plutôt qu'en nylon. Il nécessite une technique particulière. Il m'a fallu à peu près 18 mois de répétition, à trois ou quatre heures par jour, pour le maîtriser », confie le retraité de l'enseignement de la musique.

« Mais j'adore ça! J'en fais encore de trois à quatre heures par jour sans problème! C'est comme un cheval de course : la réponse est excellente. Les cordes de métal rendent le son fort. Et le bouzouki est à la fois mélodique et rythmique. »

Bouzouki, basse et accordéon

Avec son enthousiasme, Paulyn Lacroix a réussi à contaminer deux de ses collègues du Bal à l'huile, Guy et Normand Breton.

« En fait, Normand, avec son accordéon, connaissait déjà beaucoup la musique irlandaise et écossaise. Il avait poussé ce répertoire à fond par le passé. Au début, je ne faisais que l'accompagner, mais à force de répétition, j'ai fini par être capable de m'occuper de la mélodie. Ça donne des interprétations où on se passe la puck. Guy, qui fait des choses extraordinaires avec sa basse, a accepté de se joindre à nous, malgré ses multiples engagements musicaux. »

Le nom, Boussacc, est un amalgame des trois instruments du trio : bouzouki, basse et accordéon. Guy Breton et Paulyn Lacroix ayant quitté le Bal à l'huile récemment (voir texte en page W13), Boussacc a les coudées encore plus franches pour la suite. L'album qu'il vient de faire paraître, Saveurs d'Irlande, n'est toutefois pas vendu en magasin.

« Il s'agit surtout d'une carte de visite, lorsque les gens nous demandent si nous avons un enregistrement après les spectacles, explique le musicien. Et cela arrive souvent, ajoute-t-il. Le côté festif du traditionnel irlandais est très contagieux. Ça ne peut que provoquer un grand sourire. »

Le disque se compose surtout de traditionnels irlandais, que le trio a mis à sa main, pour la majorité assemblés en pots-pourris. La plupart des plages sont instrumentales, mais Paulyn Lacroix s'aventure à chanter sur quelques-unes. Normand Breton signe deux pièces. Boussacc a aussi injecté un peu de bière Guinness à certains traditionnels québécois.

« Mais tout l'album est du métissage. Dans la musique irlandaise, il n'y a pas de basse. Nous avons remplacé le bodhran [tambour irlandais] par la podorythmie, et nous n'avons ni tin whistle [flûte irlandaise] ni violon. »

Saveurs d'Irlande est né au studio House of Gain de Roxton Pound. Celui-ci appartient à Maxime Lacroix, le fils de Paulyn. « Nous l'avons réalisé ensemble et Maxime s'est chargé du reste (prise de son, mixage, matriçage...). Maxime est spécialisé dans le métal, mais il trouvait ça cool d'essayer ce répertoire. »

Hormis la Caravane ce soir, Boussacc sera notamment au pub irlandais du prochain Festival des traditions du monde. Et le deuxième album ne devrait pas tarder. « Notre répertoire actuel représente déjà deux heures et demie de musique! »

Vous voulez y aller ?

Boussacc

Samedi 20 mai, 20 h

La Caravane, Hatley

Entrée : 10 $




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer