Un spectacle comme une berceuse

Acuna, la nouvelle création de la compagnie sherbrookoise... (Spectre média, Jessica Garneau)

Agrandir

Acuna, la nouvelle création de la compagnie sherbrookoise Sursaut, réjouit les yeux et berce le coeur. À la fois chorégraphe et interprète, Amandine Garrido Gonzalez incarne avec talent une charmante créature qui part à la découverte de son environnement.

Spectre média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

(Sherbrooke) Les enfants ont six ou sept ans, pas plus. Ils entrent dans la petite salle du CASJB sur la pointe des pieds. Intrigués. À l'intérieur, une douce lumière bleutée baigne les lieux, des coussins et des jetés remplacent les chaises droites qu'ils s'attendent probablement à trouver dans une salle de spectacles.

Devant eux, pas de scène. Mais un décor invitant. Un tapis texturé, une toile tendue vers le sol, des monceaux de bois comme déposés par la marée. Mais surtout, un intrigant hamac en mouvement.

C'est l'évidence, il y a quelque chose dedans. Mais quoi?

Le chant d'un bâton de pluie interrompt les spéculations. Le nouveau tour de piste de la compagnie de danse sherbrookoise Sursaut capte d'emblée l'intérêt du jeune public.

Dans le tissu suspendu qui rappelle un baluchon porté par une cigogne, ça bouge de plus en plus. Ça s'étire, ça se déplie, ça se déploie. Ça fait sourire les enfants. Une créature finit par sortir la tête et s'extirper du nid. Charmante, curieuse, gracieuse.

« C'est peut-être un oiseau », chuchote un enfant.

Peut-être. Ce n'est pas clair, ce n'est pas dit. À vrai dire, ça n'a pas de réelle importance. Certains voient un dinosaure, d'autres une grenouille ou une fleur. La créature devient ce que souffle le riche imaginaire des enfants. Devant eux, elle fait ses premiers pas, elle apprivoise son environnement, elle explore ses possibilités. Tout est nouveau, tout est découvertes.

Bercer le public

Amandine Garrido Gonzalez, qui a imaginé la poétique mise en mouvements, porte l'entièreté du spectacle Acuna (qui signifie berceuse en espagnol) sur ses épaules. Avec brio et talent. La chorégraphe et interprète a su créer une oeuvre accessible dans laquelle on reconnaît les débuts de toute vie. Son ondoyante créature est formidable de souplesse, sa danse est une histoire. Le spectacle, très sensoriel, rejoint bien le tout jeune public (18 mois à 7 ans) auquel il est destiné. En cela, la trame sonore constitue un magnifique fil conducteur. Remplie de sons doux, d'instruments variés, de références aux bruits de la nature, elle berce l'oreille, elle accompagne joliment la chorégraphie. Elle capte aussi l'attention des enfants.

« D'où viennent tous ces sons? Tu vois un musicien quelque part? » demande un petit spectateur devant moi.

« Non, je pense que c'est un ordinateur qui crée tout ça! », répond son jeune ami.

La bande audio porte plutôt la signature de Karèya Audet, qui est partie de captations maison et d'enregistrements originaux qu'elle a transformés.

Ombres chinoises

Au chapitre des transformations, d'ailleurs, les éléments de décor prennent vie suivant l'inventivité de la chorégraphe.

Le pan de tissu tendu devient tour à tour une voile, un outil pour des numéros d'art aérien (magnifiques, d'ailleurs!) et une toile derrière laquelle s'abrite la fascinante créature dansante. Les jeux d'ombres chinoises qu'elle intègre, cachée derrière le mur de tissu, sont superbes. Ce tableau, très réussi, aurait pu durer une ou deux minutes de plus sans crainte d'étirer la sauce.

La chute du spectacle pourrait, elle, être un brin retravaillée. La fin un peu précipitée laisse les enfants embêtés. Est-ce bien terminé? La créature magique a-t-elle quitté son cocon pour de bon? Le flottement perdure quelques secondes avant que les applaudissements saluent l'hypnotique performance solo de l'interprète.

Ce bémol mis à part, le doux voyage d'une demi-heure est un enchantement pour l'oeil, un bercement pour le coeur.

Vous voulez y aller?

Acuna

Dimanche 7 mai, 10 h 30

Centre des arts de la scène Jean-Besré

Entrée : 12 $ (forfait famille quatre personnes : 40 $)




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer