Beaucoup de bruit, mais pas pour rien

Marido Billequey compte sur une brochette d'artistes invités... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Marido Billequey compte sur une brochette d'artistes invités pour clore la première saison des soirées littéraires Le Bruit des mots qui font vibrer le centro chaque moi, ce jeudi 21 heures à la Petite Boîte noire.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Y a de ces fois, t'as une idée comme ça, t'en jases avec un ami sur l'autoroute, ça fait du chemin sur la 10 et dans ta tête, et finalement, tu lances ça dans l'univers, ça retombe à la Petite Boîte noire, un soir, puis un autre encore, et finalement, tu te retrouves quelques mois plus tard à clore la première saison saprément réjouissante d'une série de soirées complètement littéraires, artistiques, et disons-le, un peu folles.

C'est pas mal comme ça que Marido Billequey fait retentir le Bruit des mots à Sherbrooke depuis septembre dernier, une idée lancée à son ami Gab au retour d'une soirée littéraire au Quai des brumes, à Montréal, où la prof de français, auteure à ses heures, offrait une lecture dans un événement littéraire.

« Lis ta rature (animé par Kiev Renaud et David Goudreault) venait de prendre fin et on trouvait ça dommage de perdre cette scène littéraire à Sherbrooke, se rappelle Marido Billequey. On n'avait pas vraiment de temps pour ça, mais on s'est lancé pour prendre la relève, Philibert (Bélanger) a embarqué tout de suite et on s'est retrouvé à la Petite Boîte noire. Depuis, chaque événement a attiré entre 100 et 150 personnes. Les gens embarquent, dans la salle, mais aussi sur scène. »

Sur scène, on ne fait pas finalement que dans la littérature, même si beaucoup. « On a décidé de faire un décloisonnement des genres et des arts, ce qui fait aussi que chaque soirée est différente et qu'on ne sait jamais tout à fait à quoi s'attendre », avoue celle qui a certains soirs mixé la littérature avec du gumboots, du tatouage ou de la peinture en direct, avec modèle vivant un certain soir également.

« Ça crée parfois des moments de malaise, parfois des instants de pure magie, mais ça suscite assurément des rencontres et des discussions », souligne encore la cofondatrice de l'événement avec le musicien Gabriel Lemieux-Maillé.

On ne sait jamais trop à quoi s'attendre, ça vaut aussi pour cette dernière ce jeudi du Bruit des mots qui, d'ailleurs, en cours de route, s'est vu accolé le libellé Littérature et autres niaiseries. Ainsi donc, la Petite Boîte noire comptera ce soir sur les mots de Michel-Olivier Gasse, Isabelle Boisclair, Fanny Demeule, Paméla Personne, Maude Veilleux, Tristan Malavoy, Sébastien Pesot, David Paquet et David Marin, ainsi que sur l'apport du photographe Jocelyn Riendeau et des artistes Valérie Gosselin et David Paquet.

« La mixité des artistes qu'on propose, ça amène aussi une belle mixité des genres et des générations parmi le public, se réjouit Marido Billequey. Le public a un petit effort à faire pour venir jusqu'à nous une fois par mois, mais une fois cette première étape franchie, il revient. Il y a quelque chose qui se passe là. »

Ceux et celles qui manqueront la dernière de cette première saison ce soir devront patienter jusqu'en septembre pour le retour du bruit, des mots et des rencontres.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer