• La Tribune > 
  • Arts 
  • La Souricière : Théâtre policier à l'anglaise 

La Souricière : Théâtre policier à l'anglaise

La distribution de la pièce La souricière : Marcel... (Photo fournie, La Comédie humaine)

Agrandir

La distribution de la pièce La souricière : Marcel Girard, Guillaume Champoux, Louise Deschâtelets, Richard Robitaille, Sonia Vigneault, Jean L'Italien, Marc-François Blondin et Stéphanie Crête-Blais.

Photo fournie, La Comédie humaine

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

(Sherbrooke) La souricière est une pièce emblématique. À Londres, où elle a été montée pour la première fois il y a plus de 65 ans, elle tourne encore. L'intérêt pour l'oeuvre dramaturgique d'Agatha Christie ne faiblit pas. Mieux encore : ses secrets ne franchissent pas les portes des salles où elle est présentée.

« Ça marche fort depuis les débuts. Les producteurs demandent toujours au public de ne pas divulguer le dénouement de l'intrigue. Les spectateurs respectent ça. Le petit-fils de l'auteure aussi. Il n'y a pas de livre ni de film qui ont été tirés de la pièce parce que la romancière avait écrit La souricière en formulant le souhait que ça reste une aventure théâtrale », explique Michèle Deslauriers.

Celle-ci signe la mise en scène de la pièce montée par la compagnie La Comédie humaine.

« Comme on avait déjà présenté Les dix petits nègres, il y avait déjà une confiance qui était installée et on a obtenu les droits. Je voulais une production aux couleurs typiquement anglaise, c'est tellement savoureux! L'intrigue se passe dans un manoir cossu transformé en auberge, pendant une tempête de neige. Le jeune couple propriétaire ouvre tout juste les portes de son établissement. Il attend les premiers clients. Plusieurs sont retardés en raison de la température, d'autres qui n'étaient pas attendus frappent à la porte. »

À la radio, on annonce qu'il y a eu un meurtre.

« Et il y aurait un lien avec l'auberge... L'étau se resserre, le spectateur joue les détectives en suivant les pistes, vraies ou fausses, qui ponctuent l'intrigue pour tenter de découvrir qui est coupable du meurtre. »

À guichets presque fermés

L'efficace huis clos n'est pas que populaire en Angleterre. À Sherbrooke, les deux représentations affichent presque complet. L'une d'elles s'adresse plus spécifiquement aux groupes d'étudiants, un public que la compagnie de théâtre professionnel souhaite tout particulièrement rejoindre.

« On a présenté la pièce au DIX30, dernièrement, dans une grande salle de 800 places. Je me suis assise à l'arrière, au balcon, pour voir l'impact chez les jeunes spectateurs. Ils ne décrochent pas, ils suivent tout au long, ils cherchent en s'accrochant aux révélations et aux confidences des personnages. Le texte est vraiment bien ficelé, c'est une pièce qui les touche », dit celle qui a pourtant hésité avant de plonger dans l'univers d'Agatha Christie.

Pas parce qu'elle n'aimait pas l'oeuvre de l'écrivaine. Au contraire, elle a lu tous ses livres, dévoré sa biographie, visité l'exposition qui lui a été consacrée au musée Pointe-à-Callière.

Mais voilà, il y avait tous ces meurtres dans les romans de l'auteure anglaise surnommée la reine du crime. Était-ce vraiment approprié pour un public adolescent?

« C'est Martin Lavigne (le directeur artistique et général de la compagnie), qui m'a suggéré de relire l'oeuvre en portant attention aux racines des meurtres. J'ai constaté que les drames ne sont jamais gratuits. Agatha Christie fouille la psychologie de ses personnages, elle relie souvent certains de leurs gestes à des histoires d'enfance », dit celle qui en est à sa huitième mise en scène et qui, bientôt, assumera celle de la production d'Edgar et ses fantômes 2.

« Lorsque je suis dans cette chaise-là, il faut que je m'assure d'une certaine cohérence, d'une unité globale, mais je fais totalement confiance aux acteurs avec qui je travaille. Ils amènent leur vision, leur couleur. Mon rôle, c'est de creuser les personnages avec eux. La première impulsion n'est pas toujours la bonne parce que comme acteur, on va souvent dans nos facilités, au départ. C'est normal. Après, il faut voir s'il n'y a pas d'autres chemins à explorer. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer