• La Tribune > 
  • Arts 
  • Broue accroche ses chopes de bière à Sherbrooke 

Broue accroche ses chopes de bière à Sherbrooke

Après 38 ans de tournée, Marc Messier, Marcel... (Archives, La Presse)

Agrandir

Après 38 ans de tournée, Marc Messier, Marcel Gauthier et Michel Côté accrochent leur chope de bière. Et c'est à Sherbrooke qu'ils ont choisi de le faire : la toute dernière représentation de Broue aura lieu au Centre culturel de l'Université de Sherbrooke le 22 avril, à guichets fermés.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

(Sherbrooke) C'est maintenant chose décidée et confirmée sur le plateau de Tout le monde en parle dimanche soir : après 38 ans à faire voyager ensemble la pièce de théâtre culte Broue, Marc Messier, Michel Côté et Marcel Gauthier accrochent définitivement leur chope de bière. Et c'est au Centre culturel de l'Université de Sherbrooke (CCUS) qu'ils ont choisi de le faire, le 22 avril.

C'était prévisible : les billets pour cette ultime représentation étaient déjà tous vendus avant l'annonce officielle. Le site web de la salle de spectacles a quand même été surchargé dimanche soir un peu avant 22 h.

« Ce dernier rendez-vous suscite beaucoup d'intérêt. C'est un beau cadeau qu'ils font à Sherbrooke. J'ai hâte de voir la réaction des spectateurs, mais déjà ici, il y a une fébrilité. Les techniciens veulent souligner ça », mentionne Anne-Sophie Laplante, chargée de mise en marché, développement et programmation au CCUS.

Il faut dire que la pièce riche en houblon s'arrête à Sherbrooke depuis les débuts. Chaque année, sans exception. Parfois pour plus d'une représentation. Toujours devant des salles remplies au bouchon. C'est aussi dans la région, dans le giron du Théâtre Centennial de Lennoxville, en 1982, que les comédiens ont créé la mouture anglophone Brew.

« Au fil du temps, il y a un lien émotif qui s'est créé, un sentiment d'attachement très grand, souligne Anne-Sophie Laplante. Les comédiens ont beaucoup de respect pour leur public. Ils auraient pu s'installer dans un certain confort, après tant d'années, être un peu blasés, peut-être. Mais non, ils affichent encore un immense plaisir sur scène. C'est palpable, c'est contagieux. »

«J'ai eu un coup de coeur. J'ai programmé le show au Granada et au Centre culturel.»


Le soir de l'attendue dernière, Bernard Fabi sera dans la salle. Le producteur sherbrookois se souvient de la toute première fois où il a vu la pièce, au Théâtre de l'Atelier, en 1979. « Ils commençaient. Ils avaient présenté la pièce à Montréal pendant un mois et ils s'étaient ensuite installés à Sherbrooke pour une série de représentations estivales. J'ai eu un coup de coeur. J'ai programmé le show au Granada et, plus tard, au Centre culturel. »

Depuis lors, il produit le spectacle à Sherbrooke. Au fil du temps, il l'a vu une fois et puis une autre. Il ne s'est jamais lassé. Le public non plus. Bon an, mal an, la pièce est présentée à guichets fermés devant un auditoire qui en redemande. 

« Je pense que c'est un record de tous les temps », note M. Fabi, qui en connaît un rayon au chapitre du spectacle. 

« Ils ont visé dans le mille, poursuit-il. Les textes sont tout à la fois drôles et sensibles, c'est une grande force. Et les comédiens sont fantastiques. Ils sont les premiers spectateurs, au fond. Ils savent rebondir sur leurs répliques et ça fait que la pièce n'est jamais tout à fait la même, soir après soir. Broue, c'est un phénomène. Et ça va rester un classique. »




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer