Olivier Calvert touche à l'Oscar

Le concepteur sonore sherbrookois Olivier Calvert en compagnie...

Agrandir

Le concepteur sonore sherbrookois Olivier Calvert en compagnie de l'équipe du court métrage d'animation Vaysha l'aveugle, en nomination pour l'Oscar du meilleur court métrage d'animation. De g. à dr. : René Bourdages, dg de la création et de l'innovation à l'ONF, Olivier Calvert, la comédienne Caroline Dhavernas, Julie Roy, productrice exécutive, Marc Bertrand, producteur, Nadine Viau, relationniste, et Claude Joli-Coeur, président de l'ONF.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(Sherbrooke) Peu de Canadiens ont eu la chance de tenir un Oscar dans leurs mains, mais il faut maintenant ajouter le nom d'Olivier Calvert à ce club sélect. Le concepteur sonore originaire de Sherbrooke faisait partie de l'équipe dirigée par Sylvain Bellemare qui a remporté dimanche l'Oscar du meilleur montage sonore pour le film L'arrivée (Arrival) de Denis Villeneuve.

En fait, le diplômé en études françaises de l'Université de Sherbrooke avait deux chances de toucher à la convoitée statuette : il a aussi signé le son de Vaysha l'aveugle, de Theodor Ushev, en nomination dans la catégorie du meilleur court métrage d'animation. Le prix a finalement été remporté par Piper, des studios Pixar.

« Pour le montage sonore, seul le superviseur sonore est nommé. Mais Sylvain avait la possibilité de demander des billets de gala supplémentaires à l'Académie et il a réussi à en avoir pour quelques collaborateurs », explique Olivier Calvert, attrapé lundi matin sur son cellulaire, à l'aéroport de Los Angeles, la voix un peu brisée par la folle soirée de la veille.

Olivier Calvert dit avoir eu le souffle coupé lorsque son collègue a remporté l'Oscar. « C'était vraiment surréaliste! Après, ce fut très difficile de rester concentré sur la gala », avoue celui qui était assis au troisième balcon du Théâtre Dolby. « J'ai quand même essayé de m'imprégner de chaque moment. Le protocole est assez long, car il faut se présenter tôt, avant que les vedettes arrivent sur le tapis rouge. Mais déjà d'être là, de voir tout ça de ses propres yeux, c'était magique! »

Il pourra aussi raconter à ses petits-enfants qu'il a été témoin d'un des pires cafouillages de l'histoire de la cérémonie, lorsque Pour l'amour d'Hollywood (La La Land) a été erronément proclamé meilleur film au lieu de Moonlight. « Tout le monde se demandait ce qui se passait ou si c'était une blague. On était éberlués! Ça a été long avant qu'on réalise qu'il y avait vraiment eu une erreur. »

Difficile à refuser

Olivier Calvert s'est retrouvé au générique de L'arrivée tout simplement parce que Sylvain Bellemare et lui partagent le même studio à Montréal. « Sylvain savait qu'une de mes forces, c'est le cinéma d'animation, pour lequel il faut souvent inventer des sons. Son offre était difficile à refuser! »

« La commande de Denis était de se tenir loin de tout ce qui était habituel dans les films de science-fiction, donc essayer d'éviter les sons synthétiques. Nous avons ainsi travaillé à partir de sources sonores naturelles. Par exemple, pour les vaisseaux, je me suis servi de déplacements de roches et de glace, que j'ai modifiés et ralentis pour faire des échos dans le ciel. »

Une superproduction comme L'arrivée recourt à de grandes équipes. Olivier Calvert était donc essentiellement responsable des environnements sonores des vaisseaux spatiaux. La partie vocale été faite par deux autres concepteurs néo-zélandais, qui avaient travaillé sur Le seigneur des anneaux, et ce sont des Français qui se sont chargés du bruitage. 

Et c'est lourd, un Oscar? « Moins qu'un BAFTA! » répond-il. En effet, il y a deux semaines, Olivier Calvert était à Londres, où Sylvain Bellemare et son équipe ont mis la main sur le BAFTA (British Academy of Film and Television Arts) ainsi que le prix d'excellence de l'AMPS (Association of Motion Picture Sound).

Parmi les films québécois sur lesquels il a travaillé et qui sortiront en 2017, notons Iqaluit de Benoît Pilon, Les affamés de Robin Aubert et Pieds nus dans l'aube de Francis Leclerc.

Dans sa liste de récompenses, Olivier Calvert a déjà reçu deux Jutra, pour Babine (2009) et Soie (2008), un Gémeaux pour le documentaire La part d'ombre (2011) ainsi qu'un Genie pour Maurice Richard (2005).




À lire aussi

  • À la mode d'Oscar

    Mode

    À la mode d'Oscar

    Même si elle est destinée à récompenser les artisans du monde du cinéma, la cérémonie des Oscars est sans contredit l'événement mode numéro un de... »

  • Trump attribue le fiasco final des Oscars à trop de politique

    Cinéma

    Trump attribue le fiasco final des Oscars à trop de politique

    Donald Trump a attribué le chaos à la fin de la cérémonie des Oscars à trop d'accent mis sur la politique par les stars d'Hollywood qui lui sont... »

  • L'attachement avant les statuettes

    Arts

    L'attachement avant les statuettes

    Denis Villeneuve avait beau se trouver physiquement à des milliers de kilomètres de Gentilly, il était bien présent dans la salle de réception du... »

  • Premier Oscar pour <em>L'arrivée</em>

    Cinéma

    Premier Oscar pour L'arrivée

    L'incontournable film Pour l'amour d'Hollywood s'est très tôt démarqué à la cérémonie des Oscars, dimanche soir, en remportant deux prix. Le... »

  • Retour sur le fiasco des Oscars

    Cinéma

    Retour sur le fiasco des Oscars

    Un Québécois dans la confusion des Oscars »

  • Les bourdes célèbres, devant des millions de téléspectateurs

    Insolite

    Les bourdes célèbres, devant des millions de téléspectateurs

    La Colombie au lieu des Philippines pour les Miss Univers, Vanessa Paradis confondant les Judith aux César, John Travolta inventant le nom d'une... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer