Un chien dans un jeu... d'acteur

Les comédiens Claude Prégent, Pierrette Robitaille et Marcel... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Les comédiens Claude Prégent, Pierrette Robitaille et Marcel Leboeuf, accompagné du metteur en scène André Robitaille.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) Afin de souligner en grand les 50 ans de la Maison des arts de Drummondville, la Meute présentera la comédie sentimentale Sylvia, une pièce de théâtre d'été réunissant Marcel Leboeuf, Pierrette Robitaille, Claude Prégent et Sonia Cordeau, cette dernière dans le rôle d'un chien.

« Elle ne se promènera pas à quatre pattes, rassure le metteur en scène et cofondateur de la Meute, André Robitaille. Elle sera sur ses jambes et entretiendra le dialogue, celui que pourrait avoir un chien. »

M. Robitaille et son partenaire d'affaires, Mario Provencher, ont découvert l'oeuvre l'année dernière à New York. La pièce écrite par A. R. Gurney était initialement jouée par les acteurs américains Matthew Broderick et Sarah Jessica Parker. Le metteur en scène tient à préciser que, même si ce spectacle provient de Broadway, il ne s'agit pas d'une comédie musicale. « De toute façon, Marcel [Leboeuf] est de la distribution », a-t-il blagué.

Ce sera évidemment la première fois qu'André Robitaille aura à mettre un chien en scène, ce qui semble être une entreprise de taille, mais plus les semaines avancent et plus l'homme de théâtre est persuadé que le résultat sera à la hauteur.

« Pour relever un défi de cette importance, il faut s'équiper et je dois dire que le monde qui m'entoure me sécurise beaucoup. Le choix de Sonia Cordeau est excellent, elle est dynamique et elle a un petit quelque chose de tout indiqué pour le personnage », explique-t-il.

Afin de rendre le rôle plus crédible, André Robitaille et Sonia Cordeau, qui est une des deux filles des Appendices, ont visité le Centre canin Mathieu Lavallée, où ils ont posé toutes sortes de questions, en plus d'épier les comportements d'une quinzaine de chiens. Parmi les agissements qui ont suscité l'intérêt, il y a cette fameuse manie de sentir l'entrejambe des humains. Eh oui, ce comportement animal sera reproduit dans une des scènes de Sylvia. « C'est Claude Prégent qui sera la victime », annonce André Robitaille.

Le metteur en scène a aussi demandé à son ami Normand Chouinard de traduire et d'adapter la pièce afin que l'action se passe au Québec et non à New York. Il s'est également adjoint Marc Sénécal, qu'il connaît depuis une trentaine d'années, pour les décors, costumes et accessoires.

Un triangle amoureux inusité

Sylvia, c'est l'histoire d'un couple de longue date, dont le mari choisit de ramener un chien exubérant retrouvé seul dans un parc. Le coup de foudre entre le pitou et son nouveau maître est quasi instantané, tant et si bien que la conjointe finir par être quelque peu délaissée, ce qui est évidemment source de conflit.

« Cette pièce-là tombe à point, car j'ai toujours eu peur des chiens. Il a fallu que je m'habitue. Un jour, ma femme est allée en chercher un, puis un deuxième. Quand ils sont partis, j'ai pleuré comme un bébé. Ces bêtes-là offrent un amour inconditionnel, elles ne jugent pas, elles ne font qu'aimer », commente Marcel Leboeuf.

Également amateur de chiens, Pierrette Robitaille, qui joue le rôle de la conjointe, relativise toutefois l'importance que doit avoir une telle relation humain-animal dans une vie de couple saine.

« Ce que j'aime de cette histoire, ce sont ces deux personnes qui s'aimaient et qui se rendent compte qu'elles ont besoin d'être brassées un peu. C'est une pièce qui remue pas mal d'affaires. »

Claude Prégent campera pour sa part les rôles secondaires : celui d'une amie de la conjointe, d'un psychologue et d'un voisin. « Ce n'est pas ma zone de confort, mais ce sera un beau défi et j'ai hâte de le relever », signifie-t-il.

Sylvia sera présentée du jeudi au samedi, du 30 juin au 26 août, de même que le lundi 10 juillet et les mercredis 26 juillet et 9 août.

15 000 $ au plus beau chien

Parallèlement, la Meute s'est associée à Mondou afin de lancer le concours du plus beau chien du Québec. Jusqu'au 8 avril, les gens sont invités à soumettre une photo de leur chien au theatresylvia.com pour courir la chance de gagner jusqu'à 5000 $ en cartes-cadeaux Mondou et une loge VIP pour 12 personnes pour une représentation de Sylvia.

Le public pourra aussi voter quotidiennement pour son chien favori. La participation au concours permet d'économiser 25 pour cent sur l'achat de billets pour n'importe quelle représentation de la pièce.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer