• La Tribune > 
  • Arts 
  • > Prix des libraires 2017: Michèle Plomer honorée d'être en lice 

Prix des libraires 2017: Michèle Plomer honorée d'être en lice

« Le Prix des libraires, c'est pour moi... (Archives, La Tribune)

Agrandir

« Le Prix des libraires, c'est pour moi très important, commente Michèle Plomer. Je suis très honorée qu'ils aient décidé de faire ressortir Étincelle du lot. Il y a tellement de beaux livres et de magnifiques histoires. Être choisie parmi tous ceux-là, c'est un bonheur pur, comme une infusion de joie et de lumière. »

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

(Sherbrooke) Michèle Plomer a déjà reçu le prix Alfred-DesRochers comme le prix France-Québec. Elle a aussi été en lice pour le prix Archambault, mais c'est la première fois qu'elle se hisse parmi les cinq finalistes du Prix des libraires avec un de ses romans. Étincelle s'est en effet faufilé dans la sélection de l'ALQ (Association des libraires du Québec), aux côtés des romans de Sophie Bienvenu (Autour d'elle), Stéphane Larue (Le plongeur), Christian Guay-Poliquin (Le poids de la neige) et Frédérick Lavoie (Ukraine à fragmentation).

Michèle Plomer reçoit l'honneur comme une fleur, un encouragement.

« Le Prix des libraires, c'est pour moi très important, commente l'écrivaine magogoise. On ne serait nulle part, sans leur travail. Je suis très honorée qu'ils aient décidé de faire ressortir Étincelle du lot. Il y a tellement de beaux livres et de magnifiques histoires. Être choisie parmi tous ceux-là, c'est un bonheur pur, comme une infusion de joie et de lumière. »

C'est aussi un élan pour continuer à écrire.

« Des reconnaissances comme celle-là, ça vient mettre un baume sur ce qui, à l'intérieur, brûle toujours un peu lorsqu'on crée : le doute. Cette nomination me donne le courage de continuer à travailler sur le projet qui m'anime présentement. »

Authenticité reconnue

Autofiction publiée l'automne dernier aux éditions Marchand de feuilles, Étincelle nous transporte dans le Shenzhen qu'a connu l'auteure estrienne lorsqu'elle enseignait là-bas. À travers les pages, on suit l'inspirant parcours de Song, précieuse amie chinoise brûlée vive lorsqu'une explosion a soufflé son appartement, un certain soir où Michèle devait souper chez elle. Les plans ont changé cette journée-là, le destin de l'une et de l'autre aussi.

Cette histoire à la fois tendre, lumineuse et douloureuse, Michèle Plomer la portait depuis de nombreuses années.

« J'avais un peu de pudeur à la raconter, mais je vois maintenant comment les gens y répondent. C'est la leçon d'écrivaine que je retiens : le lecteur a l'instinct, il sait reconnaître l'authenticité de l'émotion vraie dans un récit, que celui-ci soit ancré dans l'autofiction ou non. Je suis bouleversée par tous les témoignages que je reçois. Des gens qui ont été touchés par l'histoire, d'autres qui me disent avoir retrouvé dans le livre la Chine qu'ils ont aimée, cette Chine de l'intérieur, fascinante, même si elle n'est pas toujours facile à gérer. »

En résidence d'écriture à Montréal, la romancière dit tenir le filon de son prochain livre. Après plusieurs écrits teintés par l'Asie (HKPQ, Dragonville), Michèle Plomer entend maintenant planter sa plume dans un autre territoire : « Ça se confirme, mon prochain roman va parler du Nord québécois. »

La remise du prix (10 000 $ provenant du Conseil des arts et lettres du Québec) aura lieu le 8 mai prochain au Lion d'Or, à Montréal.

Nouvelles catégories et gala

L'ALQ a aussi annoncé les nominations de la catégorie Poésie. Ont reçu l'assentiment du jury les recueils de Sébastien B. Gagnon (Mèche), Toino Dumas (Animalumière), Annie Lafleur (Bec-de-lièvre) et Jean-Christophe Réhel (Les volcans sentent la coconut). Le prix de 2000 $ sera remis durant le Festival de la poésie de Montréal, prévu du 29 mai au 4 juin.

Finalement, un prix sera également remis à un romancier hors Québec, parmi Emily St. John Mandel (Station Eleven), Marcus Malte (Le garçon), Chris Kraus (I Love Dick), Miquel de Palol (Le jardin des sept crépuscules) et Marie Darrieussecq (Être ici est une splendeur : Vie de Paula M. Becker).

L'ALQ a aussi annoncé, en vue du 25e anniversaire du Prix des libraires en 2018, qu'elle créait deux nouvelles catégories pour l'an prochain : Essai québécois et Bande dessinée (Québec et Hors Québec). Elle a aussi dévoilé la tenue d'un nouveau Gala des Prix des libraires au cours duquel seront honorés les lauréats, y compris celui ou celle du Prix d'excellence de l'ALQ.

Les lauréats de la catégorie Jeunesse, toujours récompensés en février en raison du calendrier scolaire, seront aussi mis en vedette lors de cette soirée. Avec Steve Bergeron

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer