• La Tribune > 
  • Arts 
  • Pourquoi tu pleures...? : dompter le moins bon côté de soi 

Pourquoi tu pleures...? : dompter le moins bon côté de soi

Dernière production des Éternels pigistes, la pièce Pourquoi... (Archives La Presse)

Agrandir

Dernière production des Éternels pigistes, la pièce Pourquoi tu pleures...? met en vedette Pierre Curzi, Sophie Clément, Isabelle Vincent, Pier Paquette, Christian Bégin (notre photo) et Marie Charlebois. Ce sont ces deux derniers qui ont respectivement signé texte et mise en scène.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

(Sherbrooke) On pourrait résumer le propos de la pièce Pourquoi tu pleures...? en disant que c'est l'histoire d'une famille qui se déchire pour une affaire de testament. Ce serait vrai, mais incomplet. Parce qu'il y a plus que ça dans le texte signé Christian Bégin.

« L'idée de départ est assez simple. Les membres d'une famille se retrouvent pour la lecture du testament laissé par le père. Même mort, ce dernier exerce son emprise. Ce qui ressort de chacun des personnages, ce n'est pas nécessairement le meilleur côté d'eux-mêmes. À partir de là, on peut voir une métaphore politique dans tout ça », dit le comédien, auteur et animateur.

« Le théâtre qui m'interpelle est celui qui raconte une histoire à laquelle on peut s'accrocher en même temps que, sur une autre échelle, il révèle des choses sans les dire explicitement », ajoute-t-il.

La pièce qu'il a écrite (la quatrième de sa feuille de route) s'inscrit donc dans cette mouvance et fait écho aux dérives du monde actuel.

« Après 24 représentations à Montréal, on a pu le constater, c'est une pièce qui trouve une résonance avec notre époque. La montée de l'intolérance, la tentation de la dictature, l'abus de pouvoir, la bêtise qui s'exprime sur tous les canaux : on vit une période inquiétante. On n'est pas les premiers. J'imagine que ceux qui ont traversé la Première ou la Deuxième Guerre mondiale se sont demandé quelle serait l'issue de tout ça. J'imagine qu'ils ne voyaient pas d'avenir. J'ai quand même l'impression qu'on est à la croisée des chemins, qu'il y a un rendez-vous qu'on ne doit pas manquer, pour l'avenir du monde. »

S'engager davantage

La phrase est grave, le constat aussi. Mais la pièce qu'il a pondue ne s'englue pas dans la tragédie pure.

« On oscille toujours entre drame et comédie. S'il n'y avait pas cette soupape, ce serait trop lourd. Le rire est libérateur et bienvenu. »

Il allège le propos sans freiner la réflexion.

« Lors d'une soirée de discussion avec le public, ce qui est ressorti, c'est que la pièce soulevait beaucoup de questions. Qu'est-ce qu'on fait avec ce qu'on sait? Qu'est-ce qu'on fait concrètement avec cet état des lieux qui nous laisse insatisfaits, mais qui nous paralyse en même temps? »

La réponse varie pour chacun. Christian Bégin, lui, écrit. C'est déjà un geste citoyen. Une façon de participer à la conversation.

« Je suis porte-parole pour la Fondation du Dr Julien depuis longtemps. Cette année, je veux m'engager davantage. Concrètement. Je veux aussi me lancer en affaires dans le domaine de l'agroalimentaire avec ce souci de faire les choses autrement, selon un modèle humain. »

L'avenue politique, il pourrait l'emprunter?

« Je ne pense pas. Dans sa forme actuelle, je ne crois pas tellement à la politique active. Mais à l'engagement citoyen, si », dit celui qui, en plus d'animer sa neuvième saison de Curieux Bégin, sera aussi aux commandes du nouveau rendez-vous estival de Télé-Québec, Y a du monde à messe.

La fin des Éternels?

Pourquoi tu pleures...? est la dernière création que produisent les Éternels pigistes.

« Ça clôt un cycle. On est à bout de souffle », explique Christian Bégin, l'un des cofondateurs de la compagnie qui a fêté ses 20 ans d'existence en offrant un doublé : La mort des Éternels (écrite par Isabelle Vincent) et Pourquoi tu pleures...?

« Pour La mort des Éternels, on n'a reçu aucune subvention. On a donné 28 représentations sans salaire. On a payé l'équipe qui travaillait avec nous, la location de la salle, mais on n'a pas retiré un sou. Cet état de grande précarité, on n'a plus envie de le vivre à l'âge qu'on a, après 20 ans à faire rouler cette compagnie. On n'a plus l'énergie de reprendre chaque fois le bâton du pèlerin. »

Pourquoi tu pleures...? a été montée, elle, de concert avec le TNM.

« On a demandé à Lorraine Pintal si elle souhaitait produire notre projet. Elle a embarqué. C'était un contexte de création formidable. »

Si d'autres compagnies font de même dans l'avenir, les Éternels pourraient signer d'autres productions. Sinon, ils ne se lanceront pas. Aussi simple que ça.

« Mais je vais quand même continuer à écrire. Parce que c'est quelque chose que j'aime faire. »


Vous voulez y aller?

Pourquoi tu pleures...?

Mardi 24 janvier, 20 h

Salle Maurice-O'Bready

Entrée : 48 $

Jeudi 2 février, 20 h

Maison des arts, Drummondville

Entrée : 54 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer