• La Tribune > 
  • Arts 
  • Bye Bye: «On n'est pas en train de s'expliquer, c'est déjà bon!» 

Bye Bye: «On n'est pas en train de s'expliquer, c'est déjà bon!»

Simon-Olivier Fecteau est satisfait de son premier Bye... (Photo fournie)

Agrandir

Simon-Olivier Fecteau est satisfait de son premier Bye Bye.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

Quatre jours après la présentation du Bye Bye 2016, Simon-Olivier Fecteau flotte encore sur son nuage. Le réalisateur est on ne peut plus satisfait de son travail et plus encore de la réaction des gens.

« Je suis bien content de la réception. J'ai reçu plus de 3000 messages sur Twitter et Facebook depuis la diffusion. Le soir même, c'était fou ! Je suis vraiment content que les gens aient pris la peine de m'écrire », indique le réalisateur lors d'une entrevue accordée alors qu'il se trouvait chez ses parents, à Chesterville.

« On n'est pas en conférence de presse en train de s'expliquer, alors c'est déjà bon ! » rigole Fecteau, précisant qu'il voue un grand respect à Louis Morissette. « Le Bye Bye, c'est tellement gros que ça devient politique. On voulait frapper sur tout le monde égal et je crois qu'on a réussi à le faire, mais on ne peut pas plaire à tout le monde. »

Radio-Canada a d'ailleurs annoncé mardi que l'émission a frôlé la barre des 3 millions de téléspectateurs en direct, soit 2 997 000, un auditoire comparable au record de tous les temps établi l'an dernier avec 3 037 000 personnes selon les données préliminaires recueillies par Numéris.

Comme ses prédécesseurs, Simon-Olivier Fecteau savait qu'il marchait sur une corde raide et qu'il n'est pas toujours évident de traiter avec humour et sarcasme des sujets qui ont marqué l'actualité en cours d'année. Parmi les gags les plus controversés, on retrouve celui sur la poursuite de Jérémy Gabriel contre Mike Ward et la décision de l'humoriste de recourir au sociofinancement pour couvrir ses frais d'avocat. Même si le dossier était épineux, le réalisateur n'a pas hésité un seul instant avant de lancer le sketch.

« S'il y a un gars qui est capable de prendre une joke, c'est bien Mike Ward. On m'a dit qu'il l'avait trouvée très drôle d'ailleurs. Ce que je voulais refléter par ce sketch, c'est l'absurdité de ce dossier-là. On en a beaucoup parlé, mais il y a tellement de choses plus importantes », a-t-il ajouté.

Fecteau a voulu faire un Bye Bye qui détonnait des plus récentes éditions, qui comportaient beaucoup d'effets spéciaux. Il voulait d'une émission axée sur les textes et les jeux d'acteurs. À cet égard aussi, il considère que c'est mission accomplie.

Une équipe de choix

Le réalisateur s'est réjoui de notamment pouvoir compter sur la participation de comédiens de la trempe d'Anne Dorval, de Marc Labrèche, de Pierre Brassard et de son idole de jeunesse, Patrice L'Écuyer, afin de donner vie à ses idées.

« Mine de rien, j'ai fait un sketch torse nu avec Patrice L'Écuyer, qui portait un faux pénis de 20 pouces. C'est assez spécial quand on considère qu'il était dans les Bye Bye de mon enfance. On avait vraiment une belle gang », a-t-il exprimé.

Au cours des prochaines semaines, le réalisateur prendra un peu de recul afin de mieux évaluer son travail. Chose certaine, il promet de faire encore mieux si on lui donne la chance de réaliser de nouveau l'émission de fin d'année 2017.

Le Chestervillois prendra des vacances bien méritées au cours des deux prochaines semaines, puis retournera à l'écriture de deux projets parallèles dont il ne peut pas encore parler. « Il y en a un en télévision et un autre en cinéma, mais je ne peux pas encore m'avancer. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer