Tocadéo : une famille qui grandit

Tocadéo : Patrick Olafson, René Lajoie, Dany Laliberté... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Tocadéo : Patrick Olafson, René Lajoie, Dany Laliberté et Benoît Miron.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(Sherbrooke) Tocadéo sans Noël ne serait pas Tocadéo. Même si le quatuor vocal masculin avait déjà un bon vent dans ses voiles auparavant, la sortie de son premier album de Noël en 2013 a eu l'effet d'une grande bourrasque, si bien que les concerts de Noël représentent aujourd'hui la moitié de son calendrier de prestations. Tellement qu'on pourrait même dire l'inverse : que Noël ne serait pas vraiment Noël sans Tocadéo. Du moins, pour les quelque 1250 personnes qui, au moment d'écrire ces lignes, ont déjà acheté leur billet pour le passage du groupe à Sherbrooke.

« Nous sommes tellement chanceux! Les gens ne nous ont pas lâchés! » commente Dany Laliberté, le Sherbrookois de la bande. « Un boys band, généralement, ça dure trois ou quatre ans. C'était notre crainte au départ. Finalement, ça n'arrête pas, le public continue de grandir. »

« Tocadéo, c'est une grande famille, renchérit Benoît Miron. Une grande partie se passe avec le bouche-à-oreille. Les gens sont fiers de nous dire : "Regarde, cette année, je t'ai amené mon voisin, il ne vous connaissait pas!" Ils sont d'extraordinaires ambassadeurs et notre meilleure publicité. Tocadéo n'a pas de trophée, mais il a un public. »

C'est d'ailleurs pour répondre à la demande de ce fidèle auditoire qu'ils ont décidé de lancer, au début de novembre, un deuxième album de Noël, Meilleurs voeux, ainsi qu'un nouveau spectacle enneigé pour l'accompagner.

« Plusieurs salles voulaient nous réinviter. Il fallait leur offrir quelque chose de neuf. Trouver du répertoire n'a vraiment pas été un problème. Et comme nous avions aimé l'expérience de l'album Live [paru en 2015], nous avons eu envie de la répéter dans un contexte de Noël », rapportent Dany Laliberté et Patrick Olafson.

Les quatre chanteurs ont donc commencé à répéter dès le mois de mai (les albums de Noël, on le sait, sont souvent enregistrés en plein été). En août, ils ont réuni sept musiciens et quelque 300 personnes au Cabaret-Théâtre du Vieux-Saint-Jean et ils n'ont eu aucune difficulté à plonger tout ce beau monde dans l'esprit de Noël.

« On avait des décorations, des robes de chambre, des chocolats chauds... Certains spectateurs avaient apporté leur chapeau de Noël. On se serait cru le 24 au soir », se souvient René Lajoie.

« Les gens étaient heureux de découvrir l'album avant tout le monde et nous, nous avons eu tout de suite le pouls du public », ajoute Patrick.

Tout a été bouclé en une seule soirée. Seulement trois ou quatre chansons ont été faites deux fois, pour essayer une énergie différente. Mais les spectateurs en auraient pris davantage, rapporte Benoît, et ont essayé coquinement d'y parvenir. « Ils nous disaient : "Non, refaites-la, la prise n'était pas bonne!" » raconte-t-il en pouffant de rire.

Cette belle folie lors de la captation, ils ont tout mis en oeuvre pour la transposer dans leur spectacle. « On aime bien rire de nous aussi. Noël, c'est ça aussi! », résume Dany à propos de cette prestation comportant chants sacrés et classiques, versions a cappella et chansons traditionnelles québécoises.

Connivence dans l'agenda

Mais janvier ne sera pas une période de congé pour les Tocadéo, qui ont déjà commencé à travailler un tout nouveau spectacle intitulé Quatre et dont la première est prévue pour le début de février. Dany, René, Benoît et Patrick éclatent d'ailleurs de rire lorsqu'on leur en parle. Ils ont dans le regard la connivence de ceux qui se demandent comment ils ont fait pour envisager de créer deux nouveaux spectacles à si peu d'intervalle.

« Heureusement, Tocadéo est un groupe qui performe très bien sous la pression », précise Dany Laliberté. « Le spectacle s'appelle Quatre parce que c'est notre quatrième spectacle de tournée habituelle, parce que nous voulons faire ressortir les personnalités de chacun des quatre chanteurs et parce que nous allons explorer le répertoire de quatre périodes musicales bien distinctes, des années 1950 à aujourd'hui, pour montrer que la musique n'a pas tant changé que ça. Nous aurons aussi quelques nouvelles chansons originales à offrir. »

Cet agenda chargé est un peu leur faute, car même si Tocadéo est devenu leur priorité et qu'ils y consacrent la majorité de leur temps, les quatre larrons ont tous conservé d'autres activités en parallèle.

« On a appris à déléguer », dit Benoît, qui possède avec sa conjointe un resto-bar près de l'Université de Montréal. Dany Laliberté aussi oeuvre avec sa conjointe, à la tête d'une petite compagnie de production d'événements et de gérance. René honore encore des contrats de publicité graphique et de conception de décor (dont celui du spectacle de Noël). Quant à Patrick, il mène une carrière de chanteur solo. Son plus récent contrat? Le doublage du film Les Trolls.

« J'ai chanté la version française de Justin Timberlake. Can't Stop the Feeling est devenu C'est plus fort que moi! »

Noël en quatre questions

Nous avons proposé aux quatre membres de Tocadéo un petit questionnaire du temps des Fêtes. Voici leurs réponses.

Ma chanson de Noël préférée

René : « Joyeux Noël [The Christmas Song]. Pour moi, c'est LA chanson de Noël. »

Dany : « White Christmas par Bing Crosby. »

Benoît : « J'ai été un peu élevé dans le rock'n'roll, alors ce serait Blue Christmas par Elvis Presley. »

Patrick : « Pour moi aussi, ce serait Joyeux Noël. Il y a tellement de chaleur dans cette chanson. »

Mon album de Noël préféré

Dany : « Merry Christmas, le premier album de Noël de Mariah Carey. La réalisation et la chorale gospel viennent me chercher. »

Benoît : « Du côté anglophone, j'aime bien l'album de Michael Bublé, et du côté francophone, celui de Marie-Ève Janvier et Jean-François Breau. »

Patrick : « Quand j'étais petit, nous avions un album de Noël de René Simard, Ave Maria, et je me souviens que je l'écoutais en boucle. Mais aujourd'hui, ce serait plutôt le premier disque de Noël de Marie-Michèle Desrosiers. »

René : « Celui de Ginette Reno. »

Mon film de Noël préféré

Patrick : « Le père Noël est une ordure. Je trouve ça vraiment drôle! »

Dany : « Pour moi, c'est ce classique qui passe chaque année à TVA : Le sapin a les boules. Quand il branche ses lumières et que ça n'allume pas... »

Benoît : « Moi, j'en ai quatre et je me les tape chaque Noël : Love Actually [Réellement l'amour], The Holiday [Les vacances] avec Cameron Diaz et Kate Winslet, Serendipity [Heureux hasard] avec John Cusack (pour moi, ce film-là, c'est wow!), et The Family Man [Le père de famille] avec Nicolas Cage. »

René : « Toutes les versions du Noël de M. Scrooge [A Christmas Carol de Charles Dickens]. J'ai vu cette histoire dans des versions noir et blanc, au théâtre, au cinéma... Depuis trois ou quatre ans, ma préférée est la version animée en 3D, avec la voix de Jim Carrey. »

Un souvenir de Noël particulier

Dany : « Le caribou de mon grand-père. Avant la messe de minuit, on faisait toujours halte chez lui et il nous accueillait avec son petit caribou maison (j'ai pu en boire moi aussi quand j'ai eu 18 ans). On avait toujours une petite discussion sur l'année qu'on venait de passer. Une tradition que j'ai vécue dès mon jeune âge et qui s'est arrêtée quand mon grand-père nous a quittés. »

Patrick : « Chaque Noël, mes parents demandaient à un oncle ou à un voisin de faire le père Noël. La mise en scène était vraiment élaborée. On le voyait arriver au bout de la rue. Je me rappelle particulièrement une année où il était arrivé au milieu d'une tempête de neige. On était excités, on sautait partout! »

René : « Des souvenirs de Noël, j'en ai trop. Mais une année, je suis allé dans le sud à Noël avec ma conjointe et je me suis juré que ce serait la dernière fois, tant que j'aurais de la famille restée ici. Parce que Noël, c'est en famille que ça se passe, pas les pieds dans le sable. »

Benoît : « Moi, c'est vraiment toute l'excitation avant de partir dans le nord chez mes grands-parents. Je viens d'une famille musicale, mes oncles jouaient tous d'un instrument, on se ramassait 70 dans la maison et la fête durait jusqu'aux petites heures. La dernière chanson du party durait une heure et quart! C'est là que j'ai commencé à avoir mes premiers moments de chanson, quand je faisais mon Elvis. »

Vous voulez y aller?

Meilleurs voeux

Tocadéo

Jeudi 15 décembre, 20 h

Salle Maurice-O'Bready

Entrée : 40 $

Vendredi 16 décembre, 20 h

Première partie : Émie Champagne

Carré 150, Victoriaville

Entrée : 38 $

Quatre

Samedi 11 février, 20 h

Maison des arts, Drummondville

Entrée : 43 $

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer