• La Tribune > 
  • Arts 
  • Pays : les dessous féminins de la politique ***1/2 

Pays : les dessous féminins de la politique ***1/2

Malgré son sujet aride et des paysages souvent... (Photo fournie, Films Séville)

Agrandir

Malgré son sujet aride et des paysages souvent austères, Pays, de Chloé Robichaud, comporte plusieurs moments de franche drôlerie, notamment lorsque la délégation canadienne, avec à sa tête le ministre Rivest (Rémy Girard), ne trouver personne pour l'accueillir à la descente du traversier.

Photo fournie, Films Séville

La TribuneSteve Bergeron 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

(Sherbrooke) À la blague, on pourrait dire que Pays est une histoire de « dessous féminins » : il dévoile ce qui se cache sous l'apparente carapace des politiciens, du point de vue des femmes qui osent se frotter au pouvoir. Plus sérieusement, ce long métrage très réussi a le mérite de jeter un regard nuancé sur un univers que le commun des mortels ne voit, habituellement, qu'en noir. Mais comme les trois principales interprètes sont terriblement attachantes, la proposition de Chloé Robichaud, dans cette radiographie de la femme politique, se révèle finalement très charismatique.

Car, admettons-le, la jeune réalisatrice avait un sujet tout sauf séduisant : les négociations entre le Canada et le Besco, pays fictif en sérieuse difficulté financière et cherchant un partenaire commercial pour relancer son économie par l'entremise de l'exploitation minière. Tout ça tourné en novembre à Terre-Neuve (aussi bien dire « dans le pays du gris »). Aride? Oui, il faut bien que la politique le soit quand même un peu. Mais la réalisatrice a mis en place toutes sortes de procédés pour que la pilule s'avale facilement, notamment en faisant ressortir l'humanité de sa tribu d'élus, fonctionnaires et consultants.

Pays s'ouvre donc au moment où une délégation canadienne descend du traversier à Besco. Dans le camp unifolié, Félixe (Nathalie Doummar), une jeune députée de 25 ans fraîchement élue et pleine d'illusions. De l'autre côté, Danielle (Macha Grenon), présidente du Besco, qui tente de préserver sa vie de famille malgré l'immensité des enjeux auxquels elle doit faire face. Entre les deux, Emily (Emily VanCamp), une médiatrice oeuvrant à l'international, et qui doit s'éloigner de son fils pour de longues périodes.

À mesure que les négociations avancent, au milieu d'une faune réunissant attachés de presse, lobbyistes, syndicats et simples citoyens, se dévoile le véritable drame intime de chaque femme : tantôt le déchirement entre la vie de famille et les obligations professionnelles ou étatiques, tantôt le désenchantement par rapport au réel pouvoir des politiciens. Félixe, Danielle et Emily n'auront pas le choix de prendre de graves décisions quant à leur avenir.

Part de rêve

Mais derrière ce scénario d'apparence austère et la froidure des paysages (il y a quand même quelques magnifiques prises de vue et des scènes ensoleillées) se trouvent justement une foule de petites histoires totalement humaines : une maman qui risque de perdre la garde de son fils, une jeune femme découvrant les mauvais, mais aussi les bons côtés de l'éloignement de son conjoint, un sous-ministre d'apparence intraitable révélant une véritable passion pour son travail. Bref, personne n'est totalement blanc ni noir... à part le « méchant » lobbyiste des compagnies minières (il en fallait au moins un).

Quant aux prévisibles clichés et préjugés dont sont victimes les femmes en politique, Chloé Robichaud a su les tourner en humour tant elles sont ridicules, notamment les remarques du ministre Rivest (Rémy Girard) à la « mignonne » Félixe ou les questions intrusives de l'animatrice de télé à la présidente.

Il y a d'ailleurs plusieurs moments de franche drôlerie, mais aussi de tragique total. En fait, la cinéaste n'a pas échappé grand-chose dans son tableau, cherchant visiblement à n'oublier aucun dilemme humain, réservant trois destins différents à ses héroïnes : une qui choisit la carrière, l'autre, son intégrité, et une troisième qui parvient à concilier les deux. Cette vision, tout comme l'issue de la négociation, peut sembler angélique, mais pour que le portrait soit complet, il doit aussi y avoir une petite part de rêve...

Si la griffe de Chloé Robichaud prend encore plus de personnalité avec ce deuxième long métrage, avec notamment ses caméras fixes qui forcent les personnages à entrer ou sortir de l'image et portant à différentes interprétations, on peut dire aussi que le trio d'actrices a parfaitement atteint son objectif de transmettre toute la tendresse et le respect mérités à ces femmes qui font le sacrifice de leur vie privée à la vie publique. Et aussi d'honorer une certaine forme de salutaire naïveté, laquelle sera toujours nécessaire pour que des êtres humains aient encore envie d'essayer de changer les choses.

Pays

  • Cote : ***½
  • Titre: Pays
  • Genre: drame
  • Réalisatrice: Chloé Robichaud
  • Acteurs: Macha Grenon, Emily VanCamp et Nathalie Doummar
  • Classement: général
  • Durée: 1h41

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer